La traversée de l'en-bas La traversée de l'en-bas
La traversée de l'en-bas
La traversée de l'en-bas
Nouv.

La traversée de l'en-bas

À propos

Pour l'écrivain et théologien Maurice Bellet, chacun passe au cours de sa vie par ce qu'il nomme l'en-bas : la déchéance, le monstrueux, la dépression, la trahison, la folie, la perte, l'exclusion, la maladie ou la détresse. Ces situations peuvent être l'occasion d'une création et d'un rapprochement avec les autres, et cette fonction ne doit pas être occultée de la vie humaine : C'est un peuple sans nom, sans patrie, sans drapeau, écrit-ils à propos de ces gens de l'en-bas. Ils portent l'énergie formidable qui naît en bas lorsque l'humain de l'humain émerge de la grande mort - prodigieuse naissance. C'est un genre d'hommes, hommes et femmes, littéralement revenus de la mort : ils y ont goûté, elle les a transpercés : quelque chose est advenu, qui est impérissable. Une méditation profonde et un classique de la littérature chrétienne du XXe siècle.

Rayons : Religion & Esotérisme > Christianisme > Christianisme généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur le christianisme

  • EAN

    9782227499799

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    116 Pages

  • Longueur

    17.9 cm

  • Largeur

    10.8 cm

  • Épaisseur

    0.8 cm

  • Poids

    104 g

  • Support principal

    Poche

Maurice Bellet

Maurice Bellet (1923-2018) était l'un des plus grands théologiens français, qui a marqué plusieurs générations de catholiques. Prêtre formé à l'écoute psychanalytique, il a été l'un des premiers à utiliser les outils de la psychanalyse pour déconstruire une certaine religiosité catholique - Le Dieu pervers, DDB, 1979, devenu livre-culte.
Ces outils lui ont servi aussi à élaborer, en une soixantaine de livres, une pensée très critique à l'égard des idoles de notre société, et carrément décapante à l'égard du christianisme. Ce faisant, son œuvre prépare la voie à un « christianisme non religieux ».
Dans cette œuvre, nous avons publié Dieu, personne ne l'a jamais vu (2016) dans la collection « Espaces libres ».

empty