Les Unpertinents

  • En juillet 1980, Sylvie âgée de 17 ans est violée. Le mois suivant, elle subit un avortement. Quarante ans plus tard, à l'occasion du confinement, ce souvenir enfoui refait surface. L'auteur prend alors conscience qu'elle a souffert des séquelles psychiques de cette blessure que le temps n'a pas effacée. Enfermée chez elle pendant deux mois, la femme mûre qu'elle est devenue cherche à comprendre l'adolescente qu'elle était. Partie à la recherche de l'enfant qui lui manque, elle parcourt de nouveau le chemin qui mène de son enfance, dominée par une mère toute-puissante, à sa maturité. Elle vit un enfantement inattendu qui lui permet de faire la paix avec elle-même et avec ses parents âgés.

  • Après un constat sans concession, l'auteur invite à un plaidoyer plein d'optimiste  pour sortir de la crise écologique par l'écologie intégrale.

    Pour  expliquer  et  comprendre  le  réchauffement  climatique  que  notre  Planète  connaît  aujourd'hui, trois tableaux de la Terre sont dressés : la Terre sans l'Homme, la Terre avec l'Homme et  l'Homme sans la Terre qui est une ouverture sur notre avenir lointain. Le premier nous rappelle les cinq  grandes catastrophes qui, étalées sur plus de 400 millions d'années, ont ravagé la Terre en détruisant  jusqu'à 95% des familles d'animaux. L'une d'entre­elle, - celle du Permien (­252 millions d'années) -,  présente étrangement certaines caractéristiques de celle qui, qualifiée de sixième extinction, se prépare  aujourd'hui sous nos yeux. Le second tableau fait intervenir un acteur majeur dans l'histoire de la Terre,  l'Homme qui, du fait de l'exploitation frénétique d'énergies fossiles, contribue, depuis le début du XIXe  siècle,  au  déséquilibre  entre  ces  quatre  compartiments  de  la  Planète  que  sont  l'atmosphère,  la  lithosphère, l'hydrosphère et la biosphère et participe ainsi grandement au réchauffement climatique ;  ainsi, deux nouveaux tueurs entrent en scène : l'activité anthropique et le dégel du permafrost, véritable  bombe à retardement climatique. Enfin, le troisième tableau, au travers non plus d'un examen géologique  et d'une analyse technico­économique mais de considérations « philosophiques », propose à la lumière  de la pensée de Teilhard de Chardin, une réflexion sur l'avenir de l'Homme et donc une autre voie de  progrès pour l'Humanité. 

  • Cinquante ans d'emprisonnement! Levée d'écrou pour noscaptivités intellectuelles et spirituelles...Il était temps de débusquerles renards de lapensée unique, d'assainir saraison et, si cela nouschante, de dire que Dieuexiste sans être raillés pardes censeurs patentés, oumême d'avoir de l'amitiépour Israël et les Américainssans être médiatiquementlynchés.Les illusions de mai 68 n'irontplus ensemencer les fleurs dumal dans les lycées et universités.Cette liberté recouvréeconfondra les tenants d'un jihaden puissance et conforteraceux qui aspirent au protestantismed'un islam rimant aveclaïcité. Dans un monde assaillide menaces réelles etde maîtres menteurs, par desombres ou brillantes facettes,ce livre kaléidoscopeéclaire une part de vérité.

  • La terre s'échauffe, elle n'en peut plus et ne va pas tarder à nous chasser. De tels propos, souvent suivis d'exemples saisissants, abondent. Le monde commencerait-il à trembler sur ses bases ?
    Si vous posez autour de vous des questions portant sur les moyens dont nous disposons pour lutter contre le réchauffement climatique, les images qui seront invoquées seront celles des éoliennes, des panneaux photovoltaïques, des voitures électriques auxquelles s'ajoutera sans doute la mention de quelques consommations jugées abusives !
    Certains ajouteront le rôle du charbon, du pétrole ou, plus rarement, celui du gaz, tout en ignorant que l'usage de ces « carburants » est à lui seul à l'origine de 85% des émissions mondiales de gaz carbonique (CO2) ce qui en fait les vrais responsables du réchauffement de la planète. La menace climatique relève donc d'une problématique parfaitement circonscrite, face à laquelle nous ne sommes pas aussi démunis que d'aucuns voudraient le laisser croire.
    De multiples contre-vérités sont propagées par de puissants intérêts financiers ou idéologiques qui s'emploient à masquer cette réalité. Ce livret ambitionne de fournir des points de repère permettant de démêler le vrai du faux, de positionner les mesures les plus urgentes à engager.

    Sur commande
  • Récit d'une conversion de l'Islam au Christianisme.

    Ne trouvant plus de réponses existentielles dans le christianisme de son enfance, l'auteur se tourne à l'âge de vingt ans vers l'islam, qu'elle découvre dans des livres, au cours de voyages et en côtoyant de jeunes camarades de classe d'origine maghrébine. Elle se laisse hypnotiser par un "Orient" fantasmé, qui mêle sensualité et rigueur morale, poésie et quête mystique du Dieu unique. Sans se convertir complètement (le doute subsistera toujours), elle apprend l'arabe et l'islamologie aux Langues Orientales, fréquente la mosquée de Paris, assiste à des conférences de Tariq Ramadan, s'immerge pendant les vacances dans la vie d'une famille marocaine. Alors en faculté de droit à la Sorbonne, elle se voit proposer un stage dans un cabinet d'avocat à Tripoli, ville majoritairement musulmane au nord du Liban. Elle y voit l'occasion d'approfondir sa découverte de l'islam et son apprentissage de la langue arabe. Son voyage d'un été prend une tournure inattendue quand elle rencontre un jeune maronite, qui lui présente le christianisme sous un jour neuf, illuminé de ce mystère "oriental" qu'elle aimait tant. Elle qui se faisait appeler "Kaoutar", du nom d'une sourate évoquant un fleuve du paradis, découvre alors que les sources d'eau vive qu'elle recherchait tant ne se trouvaient nulle part ailleurs que dans le Christ.

  • Le climat de la Terre est en train d'évoluer. Il se réchauffe, les canicules, les épisodes de pluie intense, deviennent plus fréquents. Est-ce un phénomène naturel comme le prétendent certains. S'agit-il d'une conséquence des actions de l'homme comme en est convaincue la quasi-totalité de la communauté scientifique du climat. On entend, on lit beaucoup de choses contradictoires sur le climat, sur ce réchauffement. Comment s'y retrouver ? Qu'est-ce qui est vrai, qu'est-ce qui est faux ? Quelle part de vérité est à la base de ces affirmations ? L'idée de ce livre c'est de donner directement les réponses aux questions que les uns ou les autres peuvent se poser. Le livre s'utilise comme un dictionnaire : le lecteur cherche ce qu'il y a derrière une affirmation ? Il va directement à la page où se trouve cette affirmation et y trouve l'explication qu'il cherche. Eventuellement, il sera guidé vers une autre page pour un complément d'information. Un glossaire, au début du livre, donne la signification des termes spéciaux que le lecteur pourrait ne pas connaître, termes signalés par un astérisque dans le texte. Enfin, pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le fonctionnement du climat, un court chapitre en explicite quelques notions importantes au début de l'ouvrage.

  • L'auteur s'est débarrassé du mythe farfelu construit autour de l'énigme de Rennes-le-Château, et est revenu aux sources des écrits de Gérard de Sède, qui était à l'origine de cette histoire insolite et hors du commun. Il a repris, grâce à ces connaissances en matière philosophique, et à sa curiosité pour l'histoire des sociétés secrètes, comme la Franc-maçonnerie et la Rose-Croix, une piste que personne n'avait osé explorer, puisque la religion était tombé dans le discrédit depuis les Lumières, celle de l'histoire de l'Eglise et de la Contre-Réforme. Ces recherches l'ont conduit finalement aux écrits du jésuite, l'abbé Augustin Barruel et d'un jacobin, ennemi du fanatisme religieux, un certain Nicolas de Bonneville. La piste jésuitique au couleur rosicrucienne devait le conduire à la résolution de l'énigme des Bergers d'Arcadie de Poussin et du monument du Shugborough Hall. Le code D.M. était finalement décrypté. De plus, le mythe de l'Arcadie renvoyait à l'histoire légendaire de la Toison d'or et à l'Ordre de la Toison d'Or des ducs de Bourgogne et des Habsbourg. Cet ordre préservait un secret bien conservé au fil des siècles et présent dans un retable peint par un peintre de Cologne du XV° siècle : celui des constructeurs de cathédrales.

    Sur commande
  • Les dérives sociétales s'enchaînent, entraînant un délitement civilisationnel insidieux mais inéluctable. Dénonçant les errements des philosophies utilitaristes, l'auteur démontre combien la science et la foi confortent conjointement l'anthropologie traditionnelle qui reconnaît en tout être humain, même malade ou handicapé, depuis sa conception et jusqu'à sa mort naturelle, l'existence d'une « personne » unique et irremplaçable, infiniment respectable. Il rappelle aussi l'unicité immuable de l'espèce humaine depuis l'origine, et combien les doctrines transhumanistes, créant une regrettable confusion entre l'être et l'avoir, ne changent en rien, ni sa nature, ni sa dignité singulière intrinsèque et exclusive. En outre, observant aujourd'hui que le sens de la réalité sexuelle est à la dérive, il montre que, dès lors, seul le retour « à l'origine », comme nous l'indiquent le Christ, et à sa suite saint JeanPaul II dans son admirable « théologie du corps », peuvent nous conduire à une vision intégrale de l'homme, à même de nous faire comprendre la grandeur et la splendeur de la dualité sexuelle de humanité. Un livre pour restaurer les vérités anthropologiques sans lesquelles n'existent ni justesse sociétale ni justice sociale.

    Sur commande
  • "Est il permis de critiquer Israël ? ". Cette question posée par Pascal Boniface, reprise par Éric Hazan, Daniel Mermet, Denis Sieffert, Hamid Barrada et bien d'autres est toujours d'actualité. L'association Vigie Média Palestine affirme : Le chantage à l'antisémitisme est d'utilisation de plus en plus courante à l'encontre de toute critique de la politique israélienne et de toute manifestation de solidarité avec les Palestiniens. Il en résulte pour nos médias la pratique de l'autocensure, la langue de bois ou la désinformation pour tenter l'échapper aux actions d'intimidation exercées de manière systématique et agressive par un petit groupe très actif qui vise à étouffer dans l'oeuf toute expression critique de la politique israélienne grâce à l'exploitation de la charge émotionnelle suscitée par les pratiques nazies de sinistre mémoire. Ces accusations sont elles justifiées ? Qu'en est il vraiment ?
    Albert Naccache répond à ces questions par une analyse organisée en trois parties : pour la Palestine, contre Israël, contre les Juifs.

  • L'auteur a grandi en Tunisie, un pays sous protectorat français, où les expressions religieuses étaient alors publiques. Ses amis catholiques (Français, Italiens, Siciliens, Maltais...) vivaient leur foi dans la ferveur : dont la procession de la Madone de Trapani à la Goulette le 15 août et la bénédiction des marins du port de la Piccola Sicilia, étaient une belle incarnation.
    Puis, s'intéressant à saint Augustin, à sa mère sainte Monique et aux croisades tunisiennes, carthaginoise et en Terre sainte de Saint Louis, puis au patrimoine bâti, aux langues, à la culture, aux chants et aux traditions des diverses églises du ProcheOrient (coptes, maronites, catholiques, orthodoxes...) et bien sûr aux hommes et femmes qui les font vivre, il finit naturellement par s'interroger sur les raisons qui avaient permis à ces églises de survivre jusqu'à aujourd'hui dans un environnement musulman.
    Arrivé à Paris, Albert Naccache fait la connaissance de nombreux chrétiens maronites avec qui il poursuite les d'échanges fraternels démarrés au pays ; ils pensaient qu'il était Libanais, comme eux ; le nom Naccache étant en effet celui d'une grande famille maronite (en libanais Naccache signifie sonneur de cloches). Puis vint la tragédie d'un peuple qui allait subir les guerres et le terrorisme islamique et jihadiste et la stupéfiante découverte de la quasi indifférence des chrétiens de France, très divisés politiquement, et des Français en général, que le sort de leurs frères d'Orient semblaient indifférer.

  • L'urgence climatique est-elle en train de s'imposer comme le défi majeur du XXIe siècle ? Elle envahit peu à peu l'espace politicomédiatique. Elle a son icône en la personne d'une jeune suédoise. Le sujet suscite de vives controverses qui s'étendent bien au-delà du cercle restreint des spécialistes. Tout un chacun ayant un avis sur le temps qu'il fait, pourquoi ne discuterait-on pas climat au bistrot du coin ou dans tout autre lieu convivial ? Les démêlés du couple infernal climat-énergie viennent corser le débat. Pour en parler autour d'un verre et rarement tomber d'accord, quelques personnages représentatifs se retrouvent au hasard des circonstances : - Emma une analyste financière, - Gaspard un mathématicien climatosceptique, - Jacques un trader, - Mylène une bobo parisienne à tendance écolo, - Pierre un ingénieur, membre de l'association « Sauvons le climat », - Pol un écologiste breton, - Prosper un écologiste parisien, - Teuira une tahitienne de passage en France, - Yvonne une scientifique retraitée, membre de « Sauvons le climat ». Aux exceptions près d'un marché de Noël et d'une paillotte au bord de la mer, la scène se passe soit dans un café du Commerce de la région parisienne, soit au café du Port, quelque part en Bretagne, fréquenté aussi par des parisiens en vacances. A l'occasion, le Patron ou la Patronne de l'établissement participe à la discussion. Les propos des membres de « Sauvons le climat » n'engagent qu'eux-mêmes et non l'association. Les scènes ont été écrites au fil de l'actualité.
    Certaines sont datées. Quelques-unes ont été publiées sous une forme légèrement différente sur le site de « Sauvons le climat ». À l'exception d'inclassables relégués dans une rubrique « divers », les dialogues sont regroupés par thèmes généraux : écologie et politique, science, électricité, nucléaire...

  • Déployer son être, devenir humain, trouver du sens : autant d'aspirations aussi belles qu'actuelles. Alors prêtre missionnaire en Thaïlande, l'auteur est sommé par la maladie à les regarder en face, sans masque, afin de retrouver le goût de vivre. Un face-à-face qui le conduit à quitter la prêtrise et à revenir en France. Au nom de la Vie. Dans cette quête, il est invité à quitter le héros pour l'homme, le saint pour l'humain, le volontarisme pour la douceur. Il découvre la puissance libératrice de la bienveillance et la tendresse pour lui-même : l'auto-compassion. A sa propre surprise, il est conduit sur ce chemin par des textes de Sagesse non pas venus du Bouddhisme ni de l'Hindouisme, mais des textes bibliques. Il en livre le récit dans ce livre, avant de nous inviter, nous aussi, à l'auto-compassion. Portés par des textes bibliques revisités, nous explorons avec lui les étapes de la douce bienveillance envers soi : reconnaître bon son désir d'être heureux, redécouvrir sa beauté, acquiescer à sa fragilité et se faire du bien. Un livre qui réhabilite le droit d'être heureux et creuse le désir -qu'on soit croyant ou non-de s'inspirer à nouveaux frais de cette Bible dans laquelle on lit : « Traite-toi bien, ne te refuse pas le bonheur »

    Sur commande
  • Dans ce livre, le docteur Philippe de Cathelineau dresse d'abord un panorama des aides médicales à la procréation et expose les enjeux éthiques des diverses possibilités que propose la médecine pour remédier à un trouble de la fertilité, ou simplement satisfaire un désir personnel d'enfant sans recourir à l'acte sexuel procréatif, puis rappelle les exigences personnelles et sociales du mariage et d'une fécondité responsable. Il dénonce ensuite les dérives qui découleront nécessairement d'une sexualité hors sol, mercantile, et d'une filiation méconnue et mensongère, dont les enfants et les femmes pauvres seront les premières victimes, et donne enfin des pistes de réflexion et d'action pour instituer une véritable protection de l'enfant, afin qu'il ne soit plus jamais l'otage des fantasmes et délires des adultes, ni le jouet de leur toute-puissance ou l'objet de leurs business.

    Sur commande
  • Nous abordons ici les questions de l'islamisme et du terrorisme en examinant les opinions et les actions de tous ceux - individus, médias, associations,... - qui se sont engagés à des degrés divers aux côtés du Hamas et du Hezbollah en France.
    Le premier chapitre est intitulé « Société, multiculturalisme, islam, islamisation ». Nous y examinons des questions qui font l'actualité: l'identité nationale, l'immigration, les quartiers sensibles, le multiculturalisme et l'islam. Deux principaux sujets y sont développés :
    L'étude des fondements de la pensée du MIR/ PIR. Car si cette petite organisation est minoritaire, elle joue un rôle considérable dans le combat contre les valeurs de la République et la place de l'islam en France. Nous verrons que l'islamisation qui suscite des peurs n'est pas un « fantasme », mais une réalité indiscutable.
    Le chapitre deux « Islamistes et compagnons de route » est au coeur de l'étude. Nous y retrouvons sans surprise une galerie de personnes bien connus des Français, le rôle de « Musulmans de France exUOIF » et celui d'Oumma.com. Nous y présenterons aussi : le CCIF et d'autres organisations dont le cheval de bataille est le combat contre l'islamophobie; les femmes de l'islamisme; l'affaire Tariq Ramadan et ses conséquences. Ce chapitre fait connaître le danger présenté par les islamistes qui développent une stratégie d'entrisme au sein de l'extrême gauche et du système politique français.
    Enfin le troisième chapitre décrit le terrorisme islamiste avec les organisations AlQaida et Daech, les djihadistes et les attentats. Ce chapitre expose les règles de la désinformation en matière de terrorisme islamiste et regroupe les analyses très ambiguës du Hamas et Hezbollah en France pour expliquer les causes de la terreur.

    Sur commande
  • Un témoignage original où sont convoqués Bernadette Soubirous, Benoit XVI , Jimmy Hendrix et les martiens d'H G Wells, (entre autres) au gré des réflexions théologiques et artistiques de l'auteur.

  • Les Français sont de plus en plus nombreux à comprendre que le développement massif de l'éolien rendra inhabitable des surfaces très importantes de leur territoire et provoquera des conflits d'usages et d'intérêts croissants, des pollutions et des destructions de l'environnement, la défiguration et la banalisation des paysages ruraux de régions entières. Les riverains de l'éolien s'inquiètent aussi des effets que l'éolien pourrait avoir sur leur santé et celle de leurs animaux, entre autres par les infrasons qu'il génère. Mais, parce que la désinformation organisée à ce sujet avec l'appui d'une grande partie de la classe politique est intense et omniprésente, très peu pour l'instant ont réalisé que l'éolien, et particulièrement l'éolien en mer, sera aussi très coûteux pour eux alors qu'il ne leur rendra aucun service. Ne s'agit-il pas là en fait d'une gigantesque arnaque financière soutenue par un mensonge d'État ? Nos élus locaux, préoccupés à juste titre par l'amélioration du quotidien de leurs administrés, sont motivés exclusivement par l'argent qui leur est octroyé par les promoteurs de l'éolien, sans réaliser dans leur très grande majorité qu'ils entraînent ainsi notre pays dans une très coûteuse impasse écologique et économique, celle où s'est fourvoyée et dénoncée depuis longtemps, comme ruineuse et vouée à l'échec par de très nombreux scientifiques spécialistes de ces questions et dont les conclusions étayées contrastent avec l'image idyllique qui en a été depuis des années véhiculée avec insistance par ses promoteurs, et les politiques locales, puissamment aidés en cela par nos principaux moyens d'information.

  • De la réaction épidermique à toute forme de religion au Baptême, en passant par la tentation de l'islam, cet ouvrage retrace l'itinéraire qui a conduit une personne de la génération Y en quête de sens à rejoindre l'Église catholique.
    Issu d'un milieu agnostique, les questions religieuses sont longtemps restées étrangères à l'auteur.
    Pourtant quelques rencontrent allaient susciter en lui la quête spirituelle qui devait lui faire vivre la plus inattendue et à la plus belle des rencontres, celle du Christ.
    Expériences, enracinement, joies mais aussi nuit de la foi, doutes et épreuves sans occulter la difficile question du rapport entre dialogue et évangélisation sont abordés au cours des différents chapitres pour partager quelques ressources dans cette quête qui nous anime tous : la quête de nous-mêmes.

    Sur commande
  • Le choc des civilisations serait-il en train de se produire? L'actualité retentit des échos de l'affrontement entre islam et Occident:
    Contrecoups des décolonisations, guerres pour le pétrole, guerres contre le terro- risme, islamisation, communautarisation et revendications religieuses, et autres atten- tats islamistes affolent une France ballottée dans la marche inexorable du Progrès.
    Difficile cependant d'établir de toute autorité qu'islam et occident seraient voués par nature à la guerre, car entre ces deux-là, c'est plutôt le registre du « je t'aime, moi non plus ». L'oc- cident a en effet depuis deux siècles les yeux de chimène pour un islam dont il exploite sans vergogne les richesses pétrolières et gazières, le fanatisme religieux et militaire, les logiques de soumission à l'autorité et le potentiel élec- toral. tandis que l'irruption d'un occident mo- derne et conquérant en terre d'islam a forcé celui-ci à se redéfinir dans une dialectique de ressentiment, d'émulation progressiste et de réformisme fondamentaliste qui en a trans- formé le visage. Les dynamiques des amis-en- nemis sont étroitement imbriquées, a fortiori lorsque ce sont les mêmes intérêts politiques et financiers qui tirent parti des jeux d'alliance et d'affrontement.
    L'imbrication est plus profonde encore: la re- définition de l'occident postmoderne issu des Lumières, son rejet du christianisme pour une Laïcité relativiste, lui ont fait trouver dans l'islam un allié, et bien plus, un cousin. « Hyperlibres » et « hypersoumis » ont beau s'opposer formel- lement, ils ne s'en rejoignent pas moins dans la persécution antichrétienne et les espérances qui les animent d'un monde enfin libéré du mal et soumis à la seule autorité des hommes, qu'ils soient « émancipés » ou se réclamant de la « loi de dieu ». dans ce théâtre d'ombres, les jeux semblent cependant faits d'avance: on donne sa vie pour le paradis. La donne-t-on pour un écran plat? La Laïcité nourrit ainsi un islam qui sera sa Némésis, sa punition.
    Les chrétiens, ou ce qu'il en reste, sont pris en étau: ce sont eux les premières victimes du « choc », en Orient comme en Occident.
    Serait-ce parce qu'ils sont les seuls à pou- voir le désamorcer?

    Sur commande
  • À l'heure où les idéaux de la laïcité ne font plus l'unanimité, des intellectuels s'interrogent sur le sens qu'il faut donner à cette dernière afin qu'elle ne verse pas dans un intégrisme antireligieux. Objet d'un bon nombre de malentendus, ce concept, fantasmé, Loué, brandi comme un étendard, nous renvoie finalement à une ignorance : qui sait ce qu'est exactement la laïcité ?
    Intraduisible, le terme de « laïcité » ne connaît pas d'équivalent à l'étranger sous la forme qui prévaut en France. Son champ d'application - essentiellement politique - peut-il éviter une ingérence que d'aucuns qualifient d'abusive au sein du domaine de la foi ? Comment gérer une crise identitaire au sein d'un monde de plus en plus multiculturel et interreligieux ? Le rabbin Gabriel Hagaï, le dominicain Frère Emmanuel Pisani, l'imam Ghaleb Bencheikh et la philosophe athée Catherine Kintzler, interviewés par Sabine Le Blanc, s'efforcent de dépassionner le débat en le ramenant à un impensé de la laïcité : l'ignorance quasi collective des Français en matière de culture religieuse... Savons-nous de quoi nous parlons quand nous nous érigeons contre « les religions » ? Y a-t-il un judaïsme, un christianisme, un islam, ou plusieurs courants propres à chaque religion ? De même, faut-il parler d'« une » laïcité ou de divers champs d'application de la laïcité ? Si l'allergie à la laïcité comme aux religions ne semble plus faire recette, c'est que le temps de la connaissance du religieux et de possibles champs d'interprétation des religions au-delà du religieux est peut-être venu.

    Sur commande
  • Ce vaste sujet tient la vedette en France. Depuis de nombreuses années, pas un jour sans une information importante sur le sujet, pas un jour sans une polémique.Le titre est accrocheur certes mais notre ambition est de rapprocher deux questions qui sont en général traitées séparément. Cette étude est un travail d'investigation qui se caractérise par la multiplicité des sources consultées.Des milliers de textes ont été lus et analysés avant la sélection de tous les textes "forts" qui ne laissent aucune ambigüité sur la pensée de leurs auteurs.Les citations sont référencées ce qui vous permettra de retrouver aisément les textes complets avec votre moteur de recherche si vous le souhaitez.

    Sur commande
  • Ce livre est présenté en trois par- ties : la première est une interro- gation sur la pensée musulmane étant donné que c'est à elle que revient une part importante de ce qu'est l'islam aujourd'hui. Son objectif est de comprendre quelles sont les questions qui se sont posées aux premiers musul- mans, quelles positions ils ont prises face à elles et comment leurs positions ont influencé non seulement ce qu'est l'islam au- jourd'hui, mais aussi l'état de la pensée des musulmans.
    La deuxième partie est consacrée à la critique de la doctrine qui a su s'imposer hier et aujourd'hui ;
    Elle est indispensable pour se li- bérer de son emprise.
    La dernière partie pose la ques- tion de la réforme de l'islam. Si cette question est posée depuis plus de deux siècles, pourquoi les musulmans ne parviennent-ils pas à la concrétiser ? Qu'est-ce qui bloque le projet de construire un nouvel islam ? Ce projet doit-il être seulement une exception pour les musulmans qui vivent en Occident comme l'expliquent cer- tains ? Ou représente-t-il une exi- gence pour tous les musulmans où qu'ils vivent ?

  • Le choc des civilisations serait-il en train de se produire ? L'actualité retentit des échos de l'affrontement entre islam et Occident : contrecoups des décolonisations, guerres pour le pétrole, guerres contre le terrorisme, islamisation, communautarisation et revendications religieuses, et autres attentats islamistes affolent une France ballottée dans la marche inexorable du Progrès. Difficile cependant d'établir de toute autorité qu'islam et Occident seraient voués par nature à la guerre, car entre ces deux-là, c'est plutôt le registre du « je t'aime, moi non plus ». L'Occident a en effet depuis deux siècles les yeux de Chimène pour un islam dont il exploite sans vergogne les richesses pétrolières et gazières, le fanatisme religieux et militaire, les logiques de soumission à l'autorité et le potentiel électoral. Tandis que l'irruption d'un occident moderne et conquérant en terre d'islam a forcé celui-ci à se redéfinir dans une dialectique de ressentiment, d'émulation progressiste et de réformisme fondamentaliste qui en a transformé le visage. Les dynamiques des amis-ennemis sont étroitement imbriquées, a fortiori lorsque ce sont les mêmes intérêts politiques et financiers qui tirent parti des jeux d'alliance et d'affrontement.
    L'imbrication est plus profonde encore : la redéfinition de l'occident postmoderne issu des Lumières, son rejet du christianisme pour une Laïcité relativiste, lui ont fait trouver dans l'islam un allié, et bien plus, un cousin. « Hyperlibres » et « hypersoumis » ont beau s'opposer formellement, ils ne s'en rejoignent pas moins dans la persécution antichrétienne et les espérances qui les animent d'un monde enfin libéré du mal et soumis à la seule autorité des hommes, qu'ils soient « émancipés » ou se réclamant de la « loi de dieu ». dans ce théâtre d'ombres, les jeux semblent cependant faits d'avance: on donne sa vie pour le paradis. La donne-t-on pour un écran plat? La Laïcité nourrit ainsi un islam qui sera sa Némésis, sa punition.
    Les chrétiens, ou ce qu'il en reste, sont pris en étau: ce sont eux les premières victimes du « choc », en Orient comme en Occident. Serait-ce parce qu'ils sont les seuls à pouvoir le désamorcer ?

    Sur commande
empty