Anne Lécu

  • Vingt-quatre chroniques ici rassemblées pour méditer le texte biblique à travers la musique, les chants de l'âme qui s'y lisent et s'y jouent, les couleurs que la parole décrit et celles qu'elle fait naître. Lire la Bible en rapprochant ainsi des passages qui sont liés par la thématique de la puissance de la voix, ou l'écarlate de la couleur, par la clarté du son, ou la douceur de l'harmonie, c'est dessiner des chemins nouveaux.
    Anne Lécu sait les créer et nous y conduire.

  • à Marie ; lettres

    Anne Lécu

    • Cerf
    • 3 Septembre 2020

    Mystiques et concrètes, contemplatives et fulgurantes, adorantes et familières, paisibles et frondeuses, édifiantes et savoureuses : il faudrait réunir tous les oxymores pour décrire un tant soit peu les lettres intimes qu'Anne Lécu adresse sur papier libre à Marie de Nazareth. En les ouvrant à tous, ce livre fait de chacune et de chacun d'entre nous un correspondant entre la Terre et le Ciel.
    Ainsi, jour après jour, une femme s'entretient avec la « femme entre toutes les femmes ». Une soeur consacrée à Dieu se confie à la mère de Dieu. Une médecin des prisons s'en remet à la protectrice des affligés. Portant par écrit ses pensées, ses méditations, ses attentes, ses demandes, sa prière, Anne les inscrit dans la propre histoire de Marie, de l'Annonciation à l'Assomption. Les nouvelles du monde font écho aux plus grandes grâces à aux plus sourdes peines qu'a connues celle qui a donné chair au Verbe. L'énigme de l'iniquité s'évanouit devant le mystère de l'incarnation. Et l'infidélité, devant la merveille. C'est toute l'humanité blessée que la Vierge embrasse et étreint.
    Un sommet contemporain de la littérature spirituelle.

  • Anne Lécu nous invite à une promenade dans la Bible, pour en découvrir une facette inattendue, forestière et symbolique du texte. Elle cueille auprès de chaque arbre une prière singulière. Souvent comparés aux humains, les arbres nous enseignent une manière d'habiter notre relation avec Dieu.
    Ainsi l'amandier, figure la prière du veilleur car le mot hébreu qui le désigne, "shaked", dérive du verbe qui signifie « être attentif, veiller ». C'est cette étymologie que l'on retrouve dans le livre de Jérémie. Le cèdre incarne la prière du bâtisseur, le chêne, celle du sage, le figuier celle du gourmand, etc. Qu'il s'agisse du Cantique des Cantiques, du livre de la Genèse, l'arbre guide la méditation spirituelle et ses différents moments. Ainsi la myrrhe, la vigne, ou encore le roseau offrent-ils matière à ces prières répétées. D'autres arbres, arbustes ou plantes revêtent également une dimension liturgique.Toutes offrent, sous la plume d'Anne Lécu, matière à recueillement et à ouverture à la contemplation du printemps.

  • Nous doutons de nous. Dieu non. Un guide de vie.
    La honte abîme l'homme, elle le couche à terre. Or Dieu ne supporte pas la honte que l'homme peut éprouver devant Lui. Loin de le condamner, Dieu, au contraire, restaure l'homme qui ne craint pas de se tourner vers Lui. En revêtant Adam d'une tunique de peau après la chute, Il recouvre ainsi sa honte. La tunique dont Dieu nous revêt n'est-elle pas celle que le Christ laisse à l'heure de sa mort, « sans couture, tissée d'une seule pièce à partir du haut », métaphore de sa miséricorde ?
    Un livre qui nous enseigne à vivre sans jugement et sans préjugé, pour vivre libéré, dans les pas des grandes figures bibliques.

    Prix du livre de spiritualité Panorama/La Procure 2016

  • Ce livre raconte comment la Bible est un livre empreint d'encens, d'huiles odorantes, d'aromates.
    De Joseph vendu à des marchands qui en font commerce à Caïphe qui en oint le temple, en passant par la reine de Saba qui en charge ses chameaux, à la fiancée du Cantique resplendissante de baume et à Marie de Magdala porteuse de myrrhe, Anne Lécu relit ici le Livre des livres comme une immense chronique du parfum, car le salut est une affaire de corps, de visages et donc d'incarnation.
    Encadré de senteurs, de sa naissance à son tombeau, le Christ n'est-il pas le parfum du monde, enfermé dans la terre pour s'exhaler au jardin de la résurrection ? Et la dévotion populaire dit-elle autre chose en vénérant l'odeur de sainteté qui se lève des dépouilles mortelles en cette promesse d'immortalité que la poésie sait évoquer avec tant de justesse ?
    Appelant au sens mystique qu'est l'odorat, voici un traité et une célébration de la joie amoureuse dans ce qu'elle a d'impalpable.

  • La messe ? Que se passe-t-il quand nous y allons ? Quels sont ces mystères que nous célébrons à chaque eucharistie ? Que veulent dire ces gestes si simples qui ponctuent nos liturgies ?
    Quel contraste saisissant entre la pauvreté de certaines de nos célébrations, comme celle qui a vu la mort du père Hamel, un lundi de juillet, et l'extraordinaire qui s'y dévoile. Car là se joue rien de moins que le salut du monde. L'eucharistie, comme récapitulation de la vie la plus ordinaire des croyants est le lieu où nous sommes configurés au Christ, et où, par la grâce de ceux qui sont là, la création tout entière est achevée en Christ, incarné, crucifié, ressuscité.
    Nous n'allons pas à la messe pour nous-mêmes, mais pour les autres. L'Eucharistie déprivatise la vie spirituelle : elle n'existe que pour se déployer dans notre vie ordinaire, en nous invitant à vivre ce que nous avons célébré. À notre tour de vivre une vie qui dit merci, un sacrifice d'action de grâce et de dire à nos proches : « Ceci est mon corps, livré pour vous. »

  • Des méditations sur le sens de la miséricorde à lire pendant le Carême.

  • Marcher vers l'innocence

    Anne Lécu

    C'est l'évangile de Jean qu'Anne Lécu a choisi de méditer pour nous accompagner pendant quarante jours, notamment durant le Carême. Jean invite son lecteur non à regarder ses propres manquements, mais à croire et à tourner sa vie vers le Christ, qui n'attend que lui.
    Puisant dans la tradition dominicaine qui est la sienne, mais aussi dans l'expérience de soins en milieu carcéral qui fait sa vie quotidienne, mettant à profit les fruits de son attachement à l'Écriture, sachant parler au coeur, Anne Lécu confirme ici qu'elle est une des voix féminines de la spiritualité contemporaine avec laquelle il faut compter.
    Une invitation à vivre de la bonté de Dieu avec reconnaissance.

    Sur commande
  • Des larmes

    Anne Lécu

    • Cerf
    • 6 Septembre 2012
    Sur commande
  • Le secret médical

    Anne Lécu

    Qu'en est-il du secret dans notre société qui prétend à l'immédiateté de l'information et à la radicalité de la transparence ? Que reste-t-il du secret professionnel du prêtre, du médecin, de l'avocat à l'heure du tout-juridique, du tout-médiatique, du toutnumérique? Quel peut être l'avenir, surtout, du secret médical qui nous concerne tous dans notre quotidienneté, dans notre intimité, dans notre corps ? Pour comprendre la menace qui pèse sur le serment d'Hippocrate, il faut interroger les soubassements religieux de notre culture. Questionner l'héritage de notre pensée politique. Examiner la médecine et son histoire. Mais aussi scruter la réalité d'aujourd'hui, les circulaires ministérielles et européennes, les systèmes de surveillance et les modes de traçabilité, les révolutions technologiques et les évolutions de mentalité. C'est ce que fait ce maître-livre en dressant un panorama sans précédent qui est aussi un traité de résistance. Car, alors que domine la présomption de culpabilité, préserver le secret, c'est restaurer l'innocence.

    Sur commande
  • « On va les soigner en prison! ». Qui n'a entendu cette phrase à l'occasion d'un fait divers tragique? Comme si la mission de la prison (punir et réinsérer) intégrait désormais un nouvel objectif: soigner. Or, la prison, à la différence de l¹hôpital, n'est pas un lieu de soin même si c'est un lieu où l'on soigne.Le face à face du médecin et du patient incarcéré est une situation exemplaire pour toucher du doigt l'ambivalence de la prison, tendue pour ne pas dire déchirée entre ses deux finalités, répressive et préventive, mais aussi l'ambivalence de la médecine, prise à la fois dans la nécessité d'objectiver le corps malade et de s'adresser à une personne.Cette réflexion sur la médecine carcérale défend l'idée que le médecin exerçant en prison est en danger quand, comme ses prédécesseurs du XIXe siècle, il se satisfait d'une approche scientiste, technique, cesse de s'occuper de son patient singulier, s'associe à l'institution pénitentiaire afin d'établir le « profil » des personnes captives, décider de leur vulnérabilité, ou de leur dangerosité, et enferme les personnes dans leur conduite ­ nommée comportement ­, au lieu de les aider à retrouver du jeu, de la liberté, de la vie.Dans son exercice en milieu pénitentiaire, le médecin peut résister, en faisant ce qu'il sait faire, de la médecine, en luttant contre les dispositifs illusoires qui visent à la transparence, à l'évaluation et à la prévision, et en gardant l'exigence éthique au centre de son métier.Anne Lécu exerce la médecine dans une maison d'arrêt d'Ile de France depuis 1997. Elle a publié Des larmes (Cerf, 2012) et Où es-tu quand j¹ai mal? (avec Bertrand Lebouché, Cerf, 2005).

    Sur commande
  • Notre Père

    ,

    • Cerf
    • 5 Mars 2020

    « Comment prier ?
    À celui qui demande, Jésus a donné des mots.
    Chacun de nous peut mettre sa voix dans les mots du Notre Père. Nous pouvons nous y abriter comme en une maison sûre. Cette prière est pour tous, tissée de mots simples pour parler à Dieu. »

  • Il suffira d'un signe.
    Chaque jour, des dizaines de milliers d'internautes se connectent à la grande aventure amorcée sur la toile par les Dominicains du couvent de Lille. Dans leur boîte mail, arrivent textes bibliques, interprétations et méditations afin de ne plus jamais passer à côté des signes. qui nous font signe dans les Écritures et dans notre vie quotidienne.
    Cette aventure donne ici naissance à ce livre. Il se divise en huit grands thèmes : les pierres, les plantes, le Ciel, les animaux, la famille, le corps, la société, le quotidien. Ce sont trois Dominicains, Anne Lécu, Adrien Candiard et Hervé Ponsot qui nous guident au sein de la signification de chacun d'eux.
    Voici un ouvrage décrypteur, par-delà les signes et du Signe. Celui qui nous appelle, nous interpelle et nous ouvre à d'autres vérités. Celui qui nous montre le chemin, nous pousse à agir, nous donne force et courage. Celui qui nous fait avancer vigilants et avertis.

    Sur commande
empty