Armel Job

  • Sa dernière chance

    Armel Job

    À trente-neuf ans, Élise, célibataire, vit dans la famille de sa soeur, gynécologue réputée, et de son beau-frère, agent immobilier. Elle tient la maison, s'occupe des quatre enfants du foyer, et son existence s'écoule ainsi, dans une espèce de rythme immuable : depuis toujours, Élise vit dans l'ombre de sa soeur. Aux yeux de l'extérieur, elle passe pour une femme fragile, d'une timidité maladive, incapable de se débrouiller seule.
    Tout à coup, elle se met en quête d'un homme sur Internet - et c'est le grain de sable qui va enrayer la mécanique parfaitement huilée de cette famille de notables. Mais quelle mouche a donc piqué Élise ? Personne ne comprend. Elle affirme qu'elle a envie de vivre, c'est tout. Et qu'aucune mise en garde, aucun chantage, aucune menace ne la fera renoncer au type charmant, un antiquaire, qu'elle vient de rencontrer.
    L'enfer, dit-on, est pavé de bonnes intentions. N'est-ce pas ce qui attend Élise sur le chemin de son émancipation, comme tous ceux qu'elle entraîne à sa suite dans cette rencontre qui n'aurait jamais dû avoir lieu ?

  • Loin des mosquées

    Armel Job

    À la Tannerie, le quartier turc de cette ville des Ardennes belges, on marie Evren, l'ancien gardien de but du Sporting. Étrange et grave cérémonie que ce mariage arrangé où le bonheur, comme le soleil, semblent absents. C'est qu'Evren, le marié, rêve encore de sa cousine Derya - Derya la farouche, la sauvage, Derya la sultane qui l'a refusé...
    Les traditions et l'honneur familial sont saufs. Mais, malgré l'interdit, la liberté n'a pas dit son dernier mot...

    Sur commande
  • Tu ne jugeras point

    Armel Job

    • Mijade
    • 23 Septembre 2013

    Lorsque l'enfant disparaît...
    Lorsque, ce jour-là, Denise Desantis entre dans un magasin pour s'acheter des mouchoirs, elle est pressée et, comme cela se fait dans cette banlieue paisible, elle laisse son dernier-né dans la poussette, devant la porte. Lorsqu'elle ressort, la poussette est toujours là, mais vide. Les investigations du juge commencent par l'interrogatoire de Denise Desantis. C'est une femme ordinaire, effacée. Mère de quatre enfants, épouse d'un ouvrier sans grand caractère, elle vit pauvrement mais dignement dans sa petite maison de banlieue. Une femme sans histoires. Et pourtant...
    Derrière sa détresse, son désespoir évident, le juge est intrigué par la rigueur et la minutie de son témoignage. Quand il s'efforce de retracer la chronologie des événements qui se sont déroulés avant la disparition de l'enfant, elle a réponse à tout, quasiment minute par minute. Au fil des jours, alors que tout prouve son innocence, la conviction du juge se forge : cette femme a tué son enfant. Il finira par la contraindre aux aveux et elle sera condamnée. Et pourtant...

    Sur commande
  • En son absence

    Armel Job

    Jeudi 17 mars 2005 à 6h45 à Montange au coeur des Ardennes belges. Bénédicte ouvre la porte de la maison et se met en route pour le lycée. Mais trouve dehors une douceur à laquelle elle ne s'attendait pas. Surprise, elle hésite, fait demi-tour, troque la parka trop chaude qu'elle avait enfilée contre un blouson plus léger. Celui en velours que l'on verra bientôt sur les avis de recherche. Car Bénédicte n'arrivera jamais jusqu'à l'arrêt de bus. Ses parents et les habitants du paisible village entament alors des jours d'angoisse qui vont dévorer l'équilibre de ce monde où jusqu'ici il ne se passait rien. Entre inquiétude, soupçons, rumeurs, reproches, mensonges et dissimulation, la disparition de Bénédicte pulvérise les apparences.

    Sur commande
  • Hiver 2011. Deux petites filles se noient dans la Meuse. La plus jeune est tombée à l'eau et sa soeur, qui pourtant ne savait pas nager, a tenté de la sauver. Quelques jours plus tard, un pompier de Liège perd la vie en cherchant les corps.
    Liège, le 25 janvier 2012, 11 heures du soir. En pleine tempête de neige, Jordan Nowak, loueur de pianos, aborde le pont-barrage de l'île Monsin. Dans ses phares, soudain, une silhouette penchée sur le parapet. Jordan découvre une jeune femme hagarde qu'il emmène à son hôtel. Là, Éva lui confie qu'elle allait se jeter à l'eau. Le lendemain matin, elle s'est volatilisée.
    Que s'est-il passé ? Quel est le lien entre le fait divers terrible de l'hiver 2011 et cette disparition mystérieuse ?
    Chargé de l'enquête, le jeune inspecteur Lipsky y voit l'occasion rêvée de faire avancer sa carrière. Mais sa précipitation et son inexpérience vont entraîner toutes les personnes impliquées dans un tourbillon dévastateur révélant, comme toujours chez Armel Job, la vérité de l'âme derrière ce que chacun croit être et donne à voir.
    Impossible de lâcher ce thriller psychologique haletant qui nous emmène jusqu'à une question essentielle : qu'est-ce qui donne du sens à une vie ?

  • Le village de La Malemaison est le théâtre d'un effroyable accident, sans témoins.
    Un dimanche d'été, juste avant la sortie de la messe, une fillette de dix ans est tuée sur le coup. Seuls deux véhicules semblent avoir traversé le village. La jeep de Carlo Mazure qui finit sa course dans la rivière. Celui-ci, ivre, n'a plus aucun souvenir. Quant à la Jaguar pilotée par l'autre conducteur, un notable au-dessus de tout soupçon, on imagine que son propriétaire ne peut être inquiété. Les parcours de ces deux hommes que tout oppose vont pourtant se croiser.
    Au-delà des faits, Armel Job nous propose une plongée dans l'âme et dans le coeur de tous ceux qui, à leur manière, ont participé à ce drame. Une saisissante leçon d'humilité qui nous fait comprendre que la culpabilité fait partie de notre être et que le bon coupable n'est pas forcément celui que l'on croit. Comme à l'accoutumée, l'auteur, dans un récit passionnant et déconcertant, porte un regard humaniste sur des gens ordinaires, confrontés à leurs démons.

    Sur commande
  • Les fausses innocences

    Armel Job

    • Mijade
    • 11 Octobre 2012

    Nous sommes en 1962, à la frontière belgoallemande.
    Rentrant au milieu de la nuit d'une visite galante, Roger Müller, bourgmestre de Niederfeld, tombe sur Stembert, le docteur de la commune, qui vient d'être victime d'un accident de voiture. Effondré, l'homme avoue qu'il vient de quitter sa femme Mathilda et qu'il part rejoindre sa maîtresse en Allemagne de l'Est.
    Furieux, Müller, qui a toujours été amoureux de Mathilda, oblige le docteur à rejoindre le domicile conjugal. Le lendemain matin, Roger Müller a la surprise de voir débarquer dans sa mairie Mathilda Stembert venue déclarer le décès de son époux, mort, dit-elle, au cours d'un voyage en Allemagne.

    Sur commande
  • Helena vannek

    Armel Job

    • Mijade
    • 4 Février 2011

    Une famille de notables terriens‚ dans la campagne flamande‚ juste avant la Seconde Guerre mondiale. À la mort de la mère‚ le père engage un jeune et mystérieux apprenti. Helena‚ l'une des deux filles‚ en tombe amoureuse. Mais les sentiments déforment parfois bien des réalités.

    Sur commande
  • Dans la gueule de la bête nous plonge au coeur de l'Occupation allemande, à Liège, durant la Seconde Guerre Mondiale. Inspiré de faits réels ce roman est gorgé de personnages tout en nuance, ni bons ni mauvais. Armel Job s'interroge sur ce qui guide une conduite et sur l'entendement et le rôle que jouerait une personne ordinaire dans une situation extraordinaire. A travers l'histoire de la petite Hanna et ses parents Fannia et Volko, tous trois juifs, il nous montre l'infime frontière entre le bien et le mal, entre le héros et le collabo. Et comme toujours, Armel Job dépeint les âmes humaines avec beaucoup de justesse, d'humanité et de lucidité.

    Sur commande
  • Rocafrème est un village de l'Ardenne liégeoise semblable aux autres : un curé, un charcutier, des artisans, etc. Mais il abrite aussi un artiste peintre, José Cohen, venu s'y réfugier sous l'Occupation. Et une très jolie personne, la fille du charcutier. Le peintre a décidé la belle Thérèse à poser nue au bord de la rivière. Le tableau, confié à un marchand de Liège, devait demeurer ignoré des villageois. Mais un jour d'octobre 1957, le journal local, «La Gazette de l'Ourthe», publie un article sur cette «Baigneuse nue», photo à l'appui. Le village s'enflamme. Et José Cohen est retrouvé mort.Cette affaire plonge ses racines dans un passé trouble qui éclate soudain au grand jour. Pendant la Résistance, les personnages du roman ont tous été impliqués dans de sérieux conflits? La Baigneuse n'est pas la seule à se dénuder dans cette histoire. Il y a aussi les coeurs des hommes et des femmes du village.Écrivain singulier, Armel Job construit ici une intrigue subtile, au suspense tout britannique. On y retrouve tout l'humour et le langage coloré de son premier roman, «La Femme manquée».

    Sur commande
  • La femme manquee

    Armel Job

    Charles a trente-cinq ans.
    La gueule de travers, mais une belle ferme à Sarteau, dans l'Ardenne belge. Sur son tracteur, il rêve d'une femme.
    Il s'adresse au premier clerc de notaire, Evariste Lejeune, qui connaît l'art d'écrire, pour rédiger des annonces matrimoniales à paraître dans le journal local. Echec. Puis réussite, lorsqu'il découvre dans un catalogue exotique, sous la rubrique " Jolies indigènes cherchant mariage ", la femme de ses rêves.
    Arrive Opportune, jeune femme d'outre-mer... qui meurt le jour même de ses noces. Et c'est alors que se révèle l'identité du pauvre Charles Lambert - révélation qui bouleverse le village et la vie d'Evariste Lejeune.
    C'est lui, Evariste, qui raconte. Et sans doute est-il le véritable héros de l'histoire de Charles Lambert, cette drôle d'histoire qui fait lever en lui le souvenir d'une passion de sa jeunesse enfouie dans le silence d'une vie trop paisible.
    Il y a donc la femme manquée de Charles le naïf et, dans l'ombre, celle d'Evariste, l'écrivain public.
    Et d'autres, peut-être. C'est en elles que Charles et Evariste se rejoignent au-delà de ce qu'ils auraient pu imaginer.

    Sur commande
  • Une drôle de fille

    Armel Job

    Quoi de plus paisible que la Maison Borj, cette boulangerie d'une petite ville de province belge à la fin des années 1950 ? Un ménage sans histoire, deux adolescents charmants, un commerce florissant : les Borj ont tout pour être heureux. Avec générosité, ils acceptent de prendre Josée, une orpheline de guerre, en apprentissage. Josée est une drôle de fille. Épileptique, pratiquement illettrée, la jeune fille a cependant un don émouvant pour le chant qui, après une messe de minuit retransmise à la radio, lui vaut une invitation au palais royal.
    Attisée par les rumeurs et la réprobation venues de l'extérieur, cette invitation va faire exploser l'harmonie des Borj, tiraillés entre le démon de midi du père, les ressentiments de la mère, la jalousie de la fille. Josée devient l'élément catalyseur de leur ruine. Bien malgré elle, comme dans une cure psychanalytique, elle fait resurgir les secrets enfouis, plongeant la famille dans une agitation à laquelle ses crises d'épilepsie font écho.
    En quelques semaines, la maison Borj va s'effondrer comme un château de cartes, son bonheur apparent, bâti sur des fondements bien fragiles, voler en éclat.
    Car si, chacun à leur manière, les personnages sont d'abord mus par de bonnes intentions, ils sont rattrapés par leur égoïsme et leur lâcheté. Et, comme souvent, ce sont les innocents qui en font les frais.

    Sur commande
  • Commandant Bill

    ,

    • Mijade
    • 18 Septembre 2008

    Ardenne, mai 1940.
    Tout le hameau de boisferté s'est réfugié dans la forêt, dans la crainte de l'invasion des troupes allemandes. les plus anciens, en effet, se souviennent des saccages de 1914. le matin du deuxième jour, un avion allemand tombe à proximité du campement. il y a un rescapé. les villageois recueillent cet homme incapable de se déplacer et l'installent dans une grange, sans se rendre compte qu'ils se sont transformés en geôliers d'un prisonnier de plus en plus encombrant.

    Sur commande
  • Ces pièces de théâtre permettent de relire « à neuf » trois épisodes bibliques.

    Le concile de Jérusalem- Dans cette réécriture du grand débat qui anima l'Église primitive à propos de l'ouverture de l'Évangile aux païens, l'auteur met en scène Paul, Pierre et Jaques. Ce texte permet au lecteur de s'interroger plus avant sur le véritable enjeu de ce débat : qu'est-ce que la foi chrétienne ? Quelle est sa place par rapport au judaïsme ?

    Dans Le frère du fils prodigue, l'auteur s'interroge sur l'attitude du fils aîné qui voit revenir son cadet. Le pardon paternel est-il juste ? Si tout le monde faisait comme lui, ce serait la « chienlit ». La justice ne doit-elle pas prendre le pas sur la miséricorde ?

    L'ange Gabriel a le blues, trois missions en 2 600 ans ! Comme il s'ennuie, il réfléchit : Dieu, la création du monde, l'homme, le mal, les religions... Dans une très belle langue qui rappelle Péguy et avec beaucoup d'humour et d'amour, Armel Job nous introduit dans le mystère de Dieu.

  • Le conseiller du roi

    Armel Job

    Trois romans en trois ans et deux prix littéraires ont suffi à Armel Job pour prendre une place remarquée parmi les nouveaux écrivains belges.0300Abdication ! Abdication ! Printemps 1950. Belgique. Le pays est au bord de la guerre civile. Sur le pavé des villes wallonnes, les foules insultent le roi Léopold et, plus encore, Liliane Baels, la roturière promue princesse de Réthy, qu´il a épousée pendant la guerre au plus fort des souffrances de son peuple. Au fond des Ardennes, Henri Gansberg Van der Noot, le conseiller du roi, négocie et tire le lapin. Voilà qu´il séduit Aline, la fille du garde-chasse, en fait sa maîtresse, l´installe dans sa gentilhommière. Aline... Liliane... Bientôt, des injures s´étalent en lettres géantes sur les murs de sa résidence. Une nuit, le conseiller tombe nez à nez avec l´insulteur. Il le tue. Que faire ? Honnête homme, il veut se dénoncer. Mais ceux qui vivent autour de lui ? le garde-chasse, le jardinier, les servantes, sa maîtresse, et même son épouse ? font tout pour l´en dissuader : inutile scandale ! Puis voilà que son refus de participer à un complot pour le rétablissement du roi Léopold devient une source d´angoisse supplémentaire! Le pauvre homme ne sait plus où donner de la tête... Armel Job aime les histoires complexes où sa subtilité, son regard ironique et son humour se donnent libre cours. Tous les personnages qui gravitent autour du conseiller, les humbles comme les «grands», constituent un petit monde coloré et drôle. Le décor historique n´est que toile de fond: toute l´intrigue que déroule Armel Job est pur roman ? même si le héros est conseiller du roi. Cette histoire insolite, qui pourrait être un drame, se révèle une comédie enlevée et maîtrisée.0400À trois kilomètres de là, dans le vestibule de la conciergerie, un semblable frisson dévale l´échine de Julien. Évidemment, Julien est trempé et la fraîcheur de la maison l´a saisi. Mais, surtout, sur le dallage, il y a précisément un corps allongé et, un peu plus loin, assis sur une marche de l´escalier, M. le conseiller, en chemise, tout débraillé, le visage barbouillé de noir autant qu´un mineur remontant de la fosse.«Ah, Julien! Vous voyez?? Plutôt, Monsieur.»Le conseiller gémit. Il se lève, s´avance jusqu´au cadavre, mais quelque chose le retient de passer de l´autre côté, près de Julien. Il s´arrête, les pieds derrière la tête du mort.«Il s´était introduit dans le parc. Il s´est mis à courir. J´étais dehors. Alors, bêtement, je l´ai poursuivi. J´étais sûr que je tenais l´homme qui venait d´insulter Aline. Jamais, je n´ai eu l´intention, non, pas une minute, je n´ai voulu... Je vous jure. Il courait, il courait. Il a compris qu´il ne pourrait pas repasser par l´entrée, du fait que moi, je suivais l´allée. Alors, il a essayé de grimper au mur, il a glissé, il s´est retrouvé en bas, puis il a recommencé. Entre-temps, je suis arrivé. Il s´était agrippé au-dessus du mur. Il venait de se rétablir. Mais je l´ai attrapé avec le râteau. Les dents sont rentrées dans le col de sa chemise. J´ai tiré, j´ai tiré, je me suis acharné, la rage m´a pris, je l´avoue, parce qu´il se démenait pour m´échapper. Si au moins il était resté tranquille ! Il a basculé en arrière. Ça a fait un bruit, comme quand on marche sur une branche morte. Mon Dieu, Julien ! Il était par terre. Il ne bougeait plus.? C´est un accident, Monsieur.? Un accident? Mais c´est moi qui...? C´est tout de même un accident.»Julien a le ton péremptoire de la confrérie des irréfutables. La pluie et plus encore la douche froide de ce corps allongé l´ont complètement dégrisé.Le conseiller ne connaît pas la confrérie. Dans son entourage, à l´exception du roi (et encore, si l´on peut dire), il n´y a pas eu de prisonnier. Les officiers ne comptent pas, ils étaient bien traités. Mais Julien est si catégorique, le conseiller si désemparé, qu´il se jette sur la première bonne raison de s´en remettre à sa voix tranquille: Julien est jardinier, oui; Julien est un brave type, d´accord; Julien a été prisonnier, voilà! Un prisonnier doit s´y connaître en morts. Combien de fois n´a-t-il

    Sur commande
  • Les lunettes de John Lennon

    Armel Job

    • Mijade
    • 30 Septembre 2010

    Un cocktail détonnant pour un roman atypique et drôle : un anti-héros au physique de poireau, un ami douteux, un collège de Jésuites, un point de départ : le renvoi du collège.
    Ajoutons : une famille délirante, un procès, une dette, un enchaînement de quiproquos, d'arnaques, de coups fumants. Au milieu de cela, comme gage de solvabilité : les lunettes de John Lennon.

    Sur commande
  • Une nuit, le père d'une famille nombreuse assiste à la naissance de son septième enfant, Athanase. Incapable de subvenir à ses besoins, il panique et décide de le confier à une marraine inattendue : la Mort. Entouré de soin et d'amour, Athanase grandit auprès de sa marraine, devient médecin et perce peu à peu le mystère de la vie et de la mort.

    Le texte revisite et actualise un conte des frères Grimm, La mort marraine. Le texte aborde avec justesse et simplicité les thématiques de la passion amoureuse, de l'acharnement thérapeutique et du deuil. Il constitue un point de départ idéal pour des débats en classe ou pour une exploitation littéraire.
    Le dossier d'accompagnement se concentrera sur ces questions philosophiques.

    Un texte de théâtre contemporain facile à aborder.
    Un dossier pédagogique complet pour exploiter le texte en classe.
    Des thématiques d'actualité traitées avec simplicité et justesse.

  • Une femme que j'aimais

    Armel Job

    Un secret qui ne passe pas... Une vingtaine d'années après les faits, Claude Jansens, préparateur en pharmacie à la vie sans éclat, raconte enfin les recherches qu'il a effectuées à la suite du décès brutal de sa tante Adrienne, âgée de 55 ans, trouvée morte dans la cuisine de sa villa. Veuve, Adrienne était une femme d'une grande beauté, qui vivait recluse. Claude, âgé de 29 ans à cette époque, jeune homme tout aussi solitaire, en était silencieusement épris, comme tous les hommes qui croisaient son regard.
    Quelque temps avant sa mort, Adrienne avait voulu se confier à lui, mais Claude avait refusé de l'écouter. Adrienne disparue, Claude est pris de remords et cherche à savoir ce qu'elle aurait souhaité lui dire. Cette quête le mène de témoin en témoin. Chaque rencontre lui suggère une réponse que remet en question la suivante. La vie d'Adrienne est marquée par deux grandes affaires. D'abord la passion amoureuse qu'elle vit comme un bref et intense embrasement des sens et des sentiments, qui la laisse ensuite totalement indifférente à l'amour qu'elle éveille autour d'elle. Ensuite, la maternité, qui provoque en elle une succession d'attitudes paradoxales : rejet, indifférence, remords, fantasme, exaltation...
    Peu à peu le portrait d'Adrienne prend forme. Et le lecteur découvre ainsi le courant souterrain qui a traversé l'existence de cette femme aussi séduisante que mystérieuse jusqu'à provoquer sa mort.

    Sur commande
  • Automne 1995. Victime d'un incident mécanique, un homme vient demander de l'aide dans la maison la plus proche. Teresa lui donne aussitôt asile, le temps de remettre son véhicule en état. Catholique fervente, en proie à une vision mystique, la jeune veuve est convaincue que Branko lui est, en réalité, envoyé par Dieu en réponse à l'ultime promesse de son défunt mari d'être présent à ses côtés par-delà la mort. « Et je serai toujours avec toi », n'est-ce pas l'épitaphe que ce dernier a demandé que l'on grave sur sa tombe ?
    Les fils de Teresa, âgés tous deux d'une vingtaine d'années, voient pour leur part d'un mauvais oeil l'irruption de cet inconnu qui vient troubler leur vie de famille endeuillée. D'autant que l'homme, ayant trouvé un emploi de saisonnier dans une entreprise de la région, ne semble pas décidé à repartir. Bientôt, les deux frères découvrent avec stupeur la liaison que leur mère et lui entretiennent. Et un fait divers tragique ne va pas tarder à révéler que celui qui se dit réfugié croate n'est pas exactement celui qu'il prétend être.
    Raconté tour à tour par Tadeusz, le fils aîné et préféré de Teresa, et par son cadet André, Et je serai toujours avec toi offre deux regards croisés et deux points de vue différents sur les mêmes événements. Connait-on jamais l'autre - un parfait inconnu comme sa propre mère ? Se connait-on jamais vraiment soi-même ?. Avec ce roman noir subtil et profond, Armel Job nous livre une réflexion magistrale en forme de variation sur le thème du bien et du mal.

    Sur commande
  • Forgelez, en Ardenne, dans les années 1950. Un village droit planté dans le terroir, avec ses traditions, son dialecte, ses puissants et ses faibles. Arrive Choiron, le nouveau curé, qui, dans un instant de colère, laisse échapper une malédiction. Un jeune homme s´effondre, mort, dans la campagne. Comment ? Pourquoi ? Tout le monde s´interroge, à commencer par Choiron lui-même. Échappé à son milieu miséreux par la grâce du sacerdoce, promu intellectuel, professeur admiré, il a déjà appris à ses dépens qu´un prêtre reste néanmoins un pion entre les mains du haut clergé. Réduit à l´état de « curé crotté », le voilà aux prises avec le troupeau de Dieu, le vrai...

  • Dans l'attente d'obtenir le statut de réfugiée, Olga - jeune immigrée d'origine kazakhe, pure comme le cristal et belle à faire damner un saint - mène, auprès de sa famille, une vie paisible et sans histoire dans une petite commune de Belgique. Jusqu'au jour où le directeur du Royal Sillon vient proposer à Jakob, son père, de l'engager dans la troupe théâtrale de la ville. D'abord réticent, Jakob finit par accepter et remet solennellement au directeur un magnifique oeuf peint, symbole tout à la fois de la beauté et de la fragilité de cette fille adorée dont il dépose le sort entre les mains d'un inconnu.
    Au sein de la troupe, la jeune première, jalousée par les femmes et convoitée par les hommes, voit très vite et à son corps défendant les passions se déchaîner autour d'elle. Sa présence va également bientôt contribuer à raviver d'horribles souvenirs, à délier les langues et, pour finir, à révéler d'indicibles secrets. « De regrettables incidents », ainsi que les qualifie Arsène Chockier, l'ancien directeur du Royal Sillon - doux euphémisme quand il est en réalité question du viol de plusieurs comédiennes débutantes.
    La beauté n'engendre-t-elle pas parfois plus de mal que de bien ? Comment croire en un Dieu qui laisse le loup, déguisé en agneau, s'en prendre au troupeau ? Un crime peut-il rester impuni ? Avec De regrettables incidents, fable cruelle sur l'innocence et la manipulation à la mécanique implacable et au dénouement surprenant, Armel Job administre une nouvelle fois la preuve de son immense talent de romancier et de conteur.

    Sur commande
  • Les eaux amères

    Armel Job

    " Comme si tout le monde n'était pas malade, ce jour-là, dans la cour de la caserne ! " Le 4 août est une parenthèse douloureuse dans la vie d'Abraham Steinberg, un triste jour anniversaire dont il appréhende chaque année le retour avec un sentiment mêlé de souffrance et de culpabilité. Et le dimanche 4 août 1968 ne saurait faire exception à la règle. Plus la date fatidique approche, plus une image vieille d'un quart de siècle revient le hanter, celle de son père, sa mère, sa petite soeur et lui-même, réunis dans la cour de la caserne Dossin, à Malines pour la dernière fois. Sauvé in extremis de la déportation par une " envie pressante " aussi dérisoire que tyrannique, le petit garçon d'alors a depuis, à son tour, fondé une famille et fait fortune ; il n'est en revanche jamais parvenu à vivre en paix avec ses fantômes.
    " Abraham, Ta femme te file entre les doigts ! Tu as des yeux et tu ne vois pas. " Or cette année, les angoisses existentielles du très estimé Bram, comme tout le monde le nomme en ville, sont encore avivées par une mystérieuse lettre anonyme mettant en cause la fidélité de sa femme. Se pourrait-il que la belle Esther, la mère de ses deux grandes filles, son épouse adorée, le trompe ? Bien que viscéralement athée, Bram se décide à rendre visite au rabbin, ainsi que l'aurait fait son père en pareilles circonstances pour " boucher le trou ", comme il disait. D'après le religieux, seule la cérémonie des eaux amères décrite dans la Bible pourra apporter une réponse irréfutable à cette question : après les avoir bues, en cas d'adultère, la femme verra son ventre enfler et ses flancs se dessécher...
    " Le poisson n'est jamais où tu crois le voir, mais juste à côté. " Été 1968 : au lendemain des " événements de Mai ", du Printemps de Prague et de l'apparition de la pilule contraceptive, Les Eaux amères nous offrent la chronique d'une semaine mémorable dans la vie d'un couple et de toute une commune, suspendue au sort de Bram et Esther. Le ventre d'Esther enflera-t-il ? Qui est l'auteur des étranges missives signées " L'unique qui ait pitié de toi " ? Bram parviendra-t-il à se réconcilier avec ce Dieu méchant qui, un soir de l'été 1942, lui a ravi d'un coup toute sa famille ? Tour à tour désopilant et grave, servi par une langue superbe et un art consommé du récit, ce thriller métaphysique inclassable au dénouement aussi imparable qu'inattendu est une incontestable réussite.

    Sur commande
  • Helena Vannek

    Armel Job

    • Mijade
    • 1 Octobre 2003

    Dans la campagne flamande, avant la seconde guerre mondiale, Helena Vannek assiste à la mort de sa mère.
    La famille est livrée à la terrible autorité du père, Théo. Brusquement, sous le prétexte de distraire le frère d'Helena de son chagrin, Théo introduit dans la maison un jeune et mystérieux étranger. Tout le monde se prend d'affection pour le nouveau venu. Helena, elle, se met à l'aimer. Mais il faudra compter avec tous les destins...

empty