Histoire et Société

  • l'empire des Habsbourg : une histoire inédite Nouv.

    En se livrant à un véritable réexamen d'ensemble, Pieter Judson montre pourquoi et comment l'empire des Habsbourg a pesé d'un tel poids, et sur une si longue période, du XVIe au XXe siècle, dans l'existence de millions d'Européens du centre du continent. Au-delà des divisions linguistiques, religieuses, régionales et historiques, des femmes et des hommes, citoyens ordinaires, ont tous éprouvé un attachement commun à « leur empire», tandis que des administrateurs, des soldats, des politiques et des universitaires élaboraient des solutions inventives aux défis de la gouvernance du deuxième État d'Europe. Au cours des décennies antérieures et postérieures à sa dissolution, certains observateurs ont pu dénigrer l'Empire des Habsbourg, y voyant un patchwork dysfonctionnel de groupes ethniques hostiles les uns envers les autres et une sorte de vestige impérial, une relique anachronique. Judson passe au crible leurs motivations et explique à quel point ces critiques d'arrière-garde se sont trompés.
    En rejetant cette conception qui réduisait l'empire à une série de chroniques fragmentaires de nations en devenir, cette révision audacieuse se penche sur les institutions communes qui ont réussi à combler ces différences et ces distances en apportant de la stabilité et du sens à cet empire tentaculaire. En soutenant la création de nouvelles écoles, de palais de justice, et de chemins de fer, ainsi que les progrès scientifiques et artistiques, les monarques de la dynastie ds Habsbourg ont cherché à ancrer leur autorité dans les cultures et les économies d'Europe centrale. La hausse du niveau de vie dans l'ensemble de l'empire a renforcé la légitimité du régime, les citoyens apprenant à utiliser les mécanismes administratifs en vigueur à leur avantage, au plan local. Les nationalistes ont pu développer des conceptions originales à partir de leurs différences culturelles dans le contexte des institutions impériales, mais tous ont revendiqué l'État des Habsbourg comme leur maison commune.
    Les alternatives adoptées pour gouverner un territoire mosaïque - ainsi que les problèmes insolubles qu'il n'a pu résoudre - ont laissé une empreinte durable sur ses États successeurs en Europe centrale. Ses leçons n'en restent pas moins importantes aujourd'hui à l'heure de la construction européenne.

    Sur commande
  • La théologie n'a-t-elle rien à dire en soi sur l'économie ? Et si, à l'heure de la globalisation financière, de la marchandisation du monde et du creusement abyssal des inégalités, c'était exactement le contraire ?
    À preuve le retentissement planétaire de Tous frères du pape François. Or, cette encyclique découle du message social que tient l'Église depuis 2 000 ans. Un message dont l'interprète majeur demeure saint Thomas d'Aquin.
    Un scolastique médiéval, l'auteur de la Somme de théologie pour penser autrement l'économie ? Et si, à l'heure du matérialisme, du consumérisme et de l'injustice, la véritable révolution était d'abord d'ordre spirituel et éthique ?
    Liant les modèles d'hier et les problèmes de demain, mettant en dialogue saint Thomas et Marx, Ricardo, Keynes, Friedman, Stiglitz ou encore Piketty, ce livre détonnant montre l'actualité d'une sagesse qu'il est urgent d'écouter : il existe aussi une écologie de l'économie.

    Sur commande
  • Jeanne d'Arc

    Valérie Toureille

    • Perrin
    • 10 Septembre 2020

    Un siècle a passé depuis la canonisation de Jeanne d'Arc par l'Église. Un siècle durant lequel fleurirent en France comme à l'étranger nombre d'ouvrages sur cette grande figure féminine, plus ou moins fantaisistes. Et pourtant il restait à offrir un nouvel éclairage historique de Jeanne d'Arc, tant de fois convoquée par des écrivains, des juristes ou des essayistes. Tour à tour catholiques, républicains, socialistes ou monarchistes. Aujourd'hui, c'est une véritable biographie qui, faisant fi des légendes, revient à l'histoire et replace Jeanne dans son contexte, en partant des sources. Un travail d'autant plus nécessaire que, contrairement à une idée reçue, nous ne savions pas tout d'elle. Car de sa famille, de ses proches et des hommes de guerre qui l'ont accompagnée, tout n'a pas été dit, loin de là. Médiéviste de grande renommée, Valérie Toureille convoque au tribunal de l'Histoire ceux qui l'ont connue, femmes et hommes, amis ou ennemis, plus de cent cinquante témoins. Elle leur donne la parole, détaille les faits, éclaire l'action comme l'extraordinaire parcours de la « bergère » de Domrémy par les circonstances du moment et laisse au lecteur le choix de son opinion sur la geste johannique. L'auteur livre ici un ouvrage de référence qui renouvellera l'historiographie de la « Pucelle ». Condamnée à être brûlée vive en 1431 - elle n'a alors que dix-neuf ans -, innocentée et réhabilitée en 1456, proclamée par le pape Pie XI patronne secondaire de la France en 1922 - et par André Malraux « patronne du temps où les hommes ont vécu selon leurs rêves et selon leur coeur » -, Jeanne n'en a assurément pas fini de nous surprendre et de nous émerveiller.Il existe plusieurs façons d'aborder l'extraordinaire parcours de la "pauvre fille" de Domrémy, et autant de façons de l'interpréter. Valérie Toureille ne prétend pas trancher. Elle convoque au tribunal de l'Histoire ceux qui l'ont connue, femmes et hommes, amis ou ennemis, plus de 150 témoins. Elle leur laisse la parole, détaille les faits, éclaire son action par les circonstances du moment et laisse au lecteur le choix de son opinion, livrant là un ouvrage de référence qui renouvelera assurément l'historiographie de la "Pucelle", condamnée à être brûlée vive en 1431 - elle a alors dix-neuf ans -, innocentée et réhabilitée en 1456, béatifiée en 1909 et enfin élevée au rang des autels en 1920.
    Un "must" dont le plaisir de lecture se conjugue avec la rigueur historique.

    Sur commande
  • L'islam n'est-il pas d'une certaine façon le révélateur de nos failles et de la fragilité de notre assise morale et philosophique ? À contre-courant de ceux qui se contentent de s'abriter derrière le laïcisme ou le séparatisme pour faire face à la montée de l'islam, Jean-Marie Rouart s'interroge sur nos propres responsabilités dans cette dérive. Ne sommes-nous pas aveuglés par ce que nous sommes devenus ? Consommateurs compulsifs, drogués par un matérialisme sans frein ni horizon, s'acheminant vers une forme de barbarie moderne, ne mésestimons-nous pas nos carences culturelles et nos faiblesses spirituelles ?
    C'est moins l'essor de l'islam que l'auteur stigmatise que l'abandon de notre propre modèle de civilisation. Pour lui le véritable défi à relever n'est pas seulement d'ordre religieux, c'est notre civilisation qui est en cause. Rappelant que notre nation s'est constituée autour d'un État, du Livre, de la littérature et d'une religion porteuse de valeurs universelles, il rappelle l'importance de ces piliers de la civilisation chrétienne pour faire contrepoids à d'autres modèles et préserver notre identité. À ses yeux, ce qu'il appelle la « mystique laïcarde » n'est qu'une illusoire ligne Maginot contre l'islam. L'athéisme, si respectable soit-il, reste impuissant à remplacer la croyance.
    C'est le livre d'un « chrétien déchiré » qui a du mal à se reconnaître, comme beaucoup, dans l'Église de l'après-Vatican II. Jean-Marie Rouart refuse de s'avouer vaincu : il s'interroge sur les moyens de conjurer le déclin d'une civilisation d'inspiration chrétienne menacée autant par l'islam que par elle-même.

    Sur commande
  • Rome médiévale ? L'expression sonne presque comme un défi ou une provocation. Entre l'Antiquité et les splendeurs de la Renaissance et du Baroque, on a longtemps cru que s'était ouverte dans l'histoire de la Ville éternelle une parenthèse de près de mille ans, sur laquelle il n'y avait pas lieu de s'attarder, sinon pour déplorer qu'elle ait duré si longtemps. Or le Moyen Âge n'a pas seulement permis à Rome de survivre en tant que cité pendant les siècles obscurs et de devenir au xiiie siècle un des foyers les plus vivants de la civilisation italienne, il a fait d'elle l'instrument d'une unification de l'Europe occidentale sous l'égide de l'Église catholique.
    Voici les récits des siècles qui manquaient à l'histoire de Rome.

    Sur commande
  • Du Discours du?Caire, adressé en 2009 par Barack Obama à un «?monde musulman?» dont il présupposait l'unité, à la prolifération des «?dialogues interreligieux pour la paix?», la religion apparaît aujourd'hui comme centrale dans les relations internationales. Cette perception débouche sur des initiatives politiques présentées comme autant d'antidotes face aux troubles attribués au «?retour du religieux?» dans l'espace mondial.
    Pourtant, contrairement à ce que laisse entendre le mythe d'un système international sécularisé, les dieux n'ont jamais cessé d'être mêlés aux affaires du monde. En Europe même, où la souveraineté de l'État s'est formée contre l'autorité de l'Église, les relations entre religion et politique sont restées imbriquées. Dans le monde postcolonial, des mobilisations à dimension religieuse ont souvent formé un ressort de l'accès à l'indépendance et donc une condition de l'acquisition de la souveraineté.
    La longue ignorance de cette «?part des dieux?» a laissé place, à partir des années 90, à une surinterprétation du retour du religieux dans l'analyse des relations internationales. Le succès des représentations confessionnalisées du désordre mondial et des initiatives politiques qui s'en sont inspirées, souvent en réponse à différents avatars de la thèse du «?choc des civilisations?», a eu un effet auto-réalisateur?: elle a incité des acteurs qui échappaient jusqu'alors aux labels religieux à les mobiliser stratégiquement. C'est au prisme du terrain indonésien notamment que l'auteure étudie cette évolution, tout en s'attachant à montrer l'autonomie d'individus et de sociétés échappant aux assignations d'identités religieuses uniformisantes.

    Sur commande
  • S'appuyant sur de longues recherches d'archives, les auteurs racontent avec tendresse cent ans de vie quotidienne à Namur. Nous suivons la vie difficile et souvent haute en couleur de Louis, le joueur d'orgues, d'Amélie, la lavandière... Nous découvrons les multiples changements qui ont contribué au développement de Namur à cette époque. L'épidémie de choléra, les inondations, les moulins ou verreries, l'apparition du téléphone ou de l'électricité, les aléas des deux guerres... bref, nous sommes plongés au coeur de cette ville que les auteurs aiment tant !

    Sur commande
  • « Partant de l'expérience vécue de la maladie, je voudrais montrer en quoi cette crise sanitaire est révélatrice d'un état problématique de notre société. La pandémie introduit sournoisement, massivement, l'angoisse de la maladie et de la mort ; elle fait apparaître la fragilité de la vie individuelle autant que collective, et notre relative impuissance devant un virus mal connu et contagieux.

    Face à cette épreuve, un président déclare le pays «en guerre», des médias tournent en boucle, des médecins se disputent sur les plateaux... Des courants idéologiques gauchisants, des écologistes fondamentalistes, tout comme un courant de droite réactionnaire qui rêve de revenir en arrière en ont profité pour faire valoir leurs thèses : «On vous l'avait bien dit !» Les polémiques et les oppositions sommaires incitant les citoyens à choisir leur camp ont repris de plus belle. Comment s'y reconnaître dans tout ce fatras ?

    Nous vivons une pandémie anxiogène et bavarde qui nous a plongés dans un monde étrange où il est devenu difficile de démêler le réel de la bulle médiatique qui l'enveloppe. Le confinement nous a plongés dans une sorte de tunnel dont on ne voyait pas le bout - en sommes-nous vraiment sortis ou bien un nouveau mode de vie va-t-il s'installer durablement ?

    Le personnel soignant s'est trouvé confronté à l'épreuve du tragique. Il subissait depuis des années des restrictions budgétaires enveloppées dans une incroyable logomachie managériale sur la «performance» et ses multiples «boîtes à outils». Malgré la bureaucratie, le manque de protection et de moyens, il a su y faire face de manière exemplaire.

    La pandémie a révélé une société malade et fracturée, en même temps qu'elle a fait apparaître des «réserves d'humanité» qu'on aurait pu croire disparues à l'heure du repli individualiste et communautariste. Un tel élan est-il temporaire ou se prolongera-t-il par-delà le choc de la pandémie ? »

    Sur commande
  • Les effets de la pandémie de covid-19, par son caractère soudain, inédit et ravageur, ont atteint de façon simultanée la plupart des domaines de savoirs et d'actions : médicaux, sociaux, pastoraux, économiques, géopolitiques, juridiques et médiatiques. Ils sont ici ressaisis et analysés par plusieurs de leurs spécialistes, membres, pour la plupart d'entre eux, de l'Académie catholique de France. Ils font également l'objet de réflexions invitant à l'élargissement du regard historique, philosophique, théologique et spirituel.

    Sur commande
  • Foi, espérance, charité, justice, tempérance, force, prudence. Ces 7 vertus ont été (et sont encore) bousculées, mises à mal, mais aussi stimulées par la crise actuelle.
    7 auteurs chrétiens - hommes et femmes, religieux et laïcs - relisent la crise que nous traversons au prisme de ces 7 vertus. Qu'est-ce que cette période révèle de nos vies et de la vie de l'Église ? Quelles leçons en tirer ? Comment (mieux) vivre en chrétiens et témoigner de la joie de l'Évangile ? Et maintenant, à quoi Dieu nous appelle-t-il ?

    Sur commande
  • Avec la crise écologique, le réchauffement climatique et l'épuisement des ressources de la planète, ils sont de plus en plus nombreux ceux qui aspirent, à l'instar de Pierre Rabhi, à une « sobriété heureuse ». Ils cherchent un mode de vie plus équilibré, respectueux à la fois de la justice écologique et de la justice sociale.
    S'inspirant des intuitions fortes du pape François développées dans son encyclique Laudato si', Loïc Laîné montre combien cette aspiration rejoint la tradition chrétienne la plus authentique. Au fil des Évangiles, l'attitude du Christ ne cesse de nous inviter, comme nous y encouragent aussi les Pères de l'Église, à nous recentrer sur ce qui est vraiment essentiel.
    Cette sobriété nouvelle doit se traduire par des initiatives concrètes dans la vie de chaque personne et de chaque entreprise, à travers une vraie conversion des pratiques. Elle est ainsi appelée à enrichir les grands principes de la doctrine sociale de l'Église, comme la justice, la subsidiarité, le bien commun ou l'option préférentielle pour les pauvres.

    Sur commande
  • « Je ne suis pas superstitieux : cela porte malheur. » Absurde, la boutade d'Alphonse Allais ? Pas si sûr. Il n'y a pas de définition claire et sûre de la superstition. Mais il existe une multitude de discours destinés à la détruire, la combattre et la disqualifier.
    D'où cette anthologie sans égale qui, dressant l'histoire et la géographie du mot, établit un panorama complet de la culture globalisée. Qui, de la Renaissance à aujourd'hui, en passant par la Réforme, les Lumières, le Romantisme, la Belle-époque, dessine un tableau exhaustif de la modernité conquérante. Qui, de l'Europe à tous les continents, établit une recension détaillée de la confrontation des civilisations.
    Une anthologie qui, entre descriptions et caricatures, critiques et injures, découvertes et préjugés, enrôle à son service Montaigne, Spinoza, Descartes, Bayle, Kant, Bergson et Nietzsche, mais aussi Luther, Goethe, Sand et Hugo, et encore les écrivains voyageurs, scientifiques ou polémistes, non sans réserver quelques surprises dont Frazer, l'anthropologue défenseur des « sauvages » et de leurs « crédulités ».
    Avec, au bout du compte, une belle leçon éthique : si l'on veut aller au-devant de l'autre dans sa différence, alors faut-il se faire une raison de sa croyance.
    Une somme indispensable, un plaisir de lecture.

    Sur commande
  • Écrites un demi-siècle durant, de la veille du premier conflit mondial (1913) à la fin de la Guerre d'Algérie (1962), les 492 lettres et cartes échangées par Louis Massignon (1883-1962) et Jacques Maritain (1882-1973), Raïssa Maritain (1883-1960) y figurant plus passagèrement, apparaissent comme un des grands dialogues spirituels du xxe siècle. Un concert intérieur tendu et vibrant qui unit deux hommes apparemment dissemblables mais que soude l'essentielle vérité : celle de leur foi en Christ. En effet, si Maritain est l'homme de la clarté radieuse, d'explicitations calmes et rigoureuses, proche des milieux artistiques et cheville ouvrière d'un néo-thomisme où la raison rayonne, portée par la grâce, un défenseur d'Israël persécuté, Louis Massignon, professeur au Collège de France, initiateur de l'islamologie mystique par ses travaux sur Hallaj, incarne la passion doloriste et sacrificielle d'un catholicisme issu de Huysmans et de Charles de Foucauld, une âme encordée à la Croix du Golgotha, marquée par le message de Gandhi, dont la vocation fut la défense des plus pauvres, au premier rang desquels les victimes de l'ordre colonial et le peuple palestinien. Massignon-Maritain, fraternellement dissemblables, que des combats et des dévotions communes surent néanmoins rapprocher : un amour pèlerin pour Notre-Dame de la Salette, une vision tragique commune de l'histoire, imprégnée du millénarisme d'un Léon Bloy, qui trouva à s'exprimer lors des multiples conflits qui marquèrent leur siècle.
    Un jalon essentiel, catholique, humaniste et mystique, pour la compréhension du XXe siècle.

    Sur commande
  • Personne ne pensait une pandémie envisageable dans nos sociétés modernes. Une « crise sanitaire d'ampleur » a pourtant provoqué sur le plan international un phénomène de déstabilisation et d'effondrement en jeu de dominos. Il convenait d'inventer des réponses immédiates, concrètes et agiles.
    C'est au coeur de la crise, devant les lendemains incertains, quand le surplus d'informations condamnait au silence toute analyse, qu'une équipe de cent chercheurs rassemblés autour de l'éthicien Emmanuel Hirsch a décidé d'engager la réflexion. De la philosophie à l'anthropologie, de l'économie à l'épidémiologie, de la sociologie aux sciences politiques, ils retracent pour nous ce qu'est l'expérience d'un inattendu qu'il nous faut désormais penser, intégrer et surmonter ensemble.
    L'urgence politique actuelle consiste à créer les conditions favorables aux approfondissements, aux concertations et aux arbitrages. Une crise sociale sans précédent pourrait constituer l'autre rebond de cette menace pandémique. Comment décider de choix vitaux ?
    Un livre incisif, au coeur de l'engagement, décisif pour comprendre, anticiper, se mobiliser et relever les défis d'une pandémie ou de toute autre crise sanitaire à venir.

    Sur commande
  • Dans un monde traversé de violence et de changements de toutes natures liés entre autres à notre vision à court terme du progrès, comment lancer une insurrection des consciences, quel sens donner à nos vies et comment agir ? Nicolas Hulot et Frédéric Lenoir, forts de leurs expériences riches et singulières, apportent ici un éclairage nouveau, pratique et spirituel sur les enjeux majeurs du XXIe siècle qui nous concernent tous.
    « Nous ne traversons pas un moment de crise anodin, nous vivons un moment décisif pour l'avenir de l'humanité. Comment s'extraire d'un système devenu fou et des logiques mortifères qui nous mènent à la catastrophe ? Nous avons chacun éprouvé combien les résistances au changement - en nous, comme dans le monde politique et économique - sont grandes. Nous avons vu la beauté de notre planète, la richesse de l'humanité, et nous avons souffert de les voir saccagées.
    Pourtant, comme tant d'autres, nous refusons de nous résigner.
    Un autre monde est à notre portée. Un monde fondé sur l'humilité, la sobriété et le partage. Un monde où les joies profondes seraient plus désirées que les plaisirs éphémères. Un monde plus équitable, plus fraternel, davantage relié à la Terre. Ce monde n'est pas une utopie. Nous pouvons tous contribuer à le faire advenir.
    Mais cela ne sera possible que par une révolution des consciences.
    C'est à cette conversion de notre esprit et de nos modes de vie qu'aimerait contribuer modestement ce livre, fruit du partage de nos réflexions et de nos expériences. ».

    Nicolas Hulot et Frédéric Lenoir

    Sur commande
  • Pour comprendre les grands enjeux écologiques.
    Une année pour se convertir.
    Chaque semaine : comprendre - méditer - agir.

    Si nous sommes aujourd'hui conscients de l'urgence écologique, il est parfois difficile d'en comprendre les grands enjeux et nos possibilités d'action. Écrit par deux spécialistes du sujet, ce livre nous fait entrer dans une juste écologie intégrale, à la lumière de la foi chrétienne et de Laudato si'.

    Sept grands chapitres, un nouveau thème par semaine pour entrer dans la pensée du pape François et aborder l'écologie dans toutes ses dimensions : défense de la biodiversité, relation aux hommes et aux autres créatures, foi, économie, politique... Un livre qui transforme notre regard et nous donne l'envie et les moyens d'agir.

    Sur commande
  • Pourquoi tant d'intellectuels se complaisent-ils dans le pessimisme ? Pourquoi ne voit-on plus les progrès considérables accomplis par nos sociétés en termes de santé et de conditions de travail ? Pourquoi avons-nous peur de la troisième révolution industrielle - cette convergence spectaculaire de l'intelligence artificielle, de l'informatique et de la robotique ? Pourquoi nous laissons-nous envahir par les scénarios catastrophe, les théories complotistes, les infox ? Pourquoi ne croit-on plus en l'Europe ? En somme, pourquoi un tel manque de confiance en l'avenir ? Le philosophe Luc Ferry et l'économiste Nicolas Bouzou ont uni leurs voix pour répondre à ces questions et appréhender le monde qui vient.
    Ils énoncent les conditions qui permettront à la sagesse de l'emporter sur la folie et qui nous aideront à relever avec courage et lucidité les défis de ce siècle.

    Sur commande
  • Notre quotidien suppose de remettre sans cesse en cause le fragile équilibre entre vie professionnelle et vie familiale. Cette nécessité du travail touche presque toutes les familles dans leurs différentes réalités. Si la famille idéale n'existe pas, il existe une multitude de familles qui s'adaptent, essaient, se trompent, réussissent et partagent ici leurs expériences. Travail et vie de famille est un livre qui nous aidera tous.
    Abordant les problématiques du quotidien dans une perspective chrétienne, il expose tous les enjeux liés aux différents types de professions, au rythme de vie, aux situations douloureuses, comme le chômage par exemple, au rapport aux enfants... Sans imposer une ligne de conduite, les auteurs présentent différentes solutions en accord avec les valeurs chrétiennes ainsi qu'une multitude de témoignages qui sont autant de gain d'expérience pour tous.
    Pascal et Mélina Oudot sont le prototype d'un couple, de parents et de professionnels investis. Ils ont appris à prendre le temps. Enseignants universitaires, docteurs en droit, avocats, ils soulignent les luttes, les joies, les échecs, les défis et l'horizon renouvelé des vies ordinaires éclairée par la foi.

    Sur commande
  • Ils sont nés entre 1995 et 2000, on les caricature avec un portable dans la main. Mais qui sont vraiment les jeunes de la génération Z ? Comment se différencient-ils de leurs ainés ?
    Comprendre les comportements, les représentations et les attentes de ces jeunes qui interpellent et bousculent les schémas de pensées et les postures des générations précédentes est désormais une nécessité pour ne pas manquer le rendez-vous avec le monde tel qu'il est en train de devenir réellement.
    Le travail sociologique mené par Elisabeth Soulié en 2016-2017 part du terrain, fourmille d'exemples, et prend du recul. Pour apprendre à vivre entre générations, pour appréhender ces nouveaux continents culturels, voici le guide indispensable et sans prêt à penser.

    Sur commande
  • Résolument optimistes, Louise Browaeys et Alexandre Florentin comptent parmi les jeunes penseurs et acteurs de la société avec lesquels compter aujourd'hui. Experts en leurs domaines, ils nous offrent des cadres concrets pour transformer la société à tous ses étages, dans toutes ses dimensions, et surmonter individuellement et collectivement les crises environnementale, économique et sociale. Par quoi commencer ? Comment concilier joie et écologie ? Comment agir ? A quelles échelles ? Comment transformer en douceur notre lien à la nature, aux autres, à nous-mêmes, concilier économie et respect du vivant ? Quelles pédagogies pour les enfants ? Comment réinventer et réinvestir la démocratie ? Qu'est-ce que l'éco-psychologie, l'éco-féminisme... ? Quelle place pour la désobéissance civile, la non-violence... ? Soulignant la nécessité de prendre en compte l'interconnexion de toutes ces questions, les auteurs invitent à relier les dimensions des transitions écologiques : leurs aspects individuels, émotionnels et intérieurs tout comme leurs enjeux matériels et extérieurs. Ce manifeste saura vous apporter des réponses pour vous mettre en mouvement et trouver votre place : nous avons besoin de la puissance, de la force et de la créativité de chacun pour vivre les transitions à venir.

    Sur commande
  • Depuis la publication de l'encyclique Laudato Si, les chrétiens sont engagés dans un mouvement de fond pour la sauvegarde de la Création. Au delà des considérations théoriques, à quoi sont concrètement appelés les chrétiens ? Dans ce petit essai, François Bal nous dévoile une spiritualité de la frugalité qui remet chacun de nous à sa juste place dans un monde qui est un don et non un simple terrain de consommation.

    Sur commande
  • Le colonialisme suscite aujourd'hui bon nombre de discussions dans la société. Ces débats, souvent passionnés, sont marqués par leur méconnaissance des faits et du contexte. C'est pourquoi ""Le Congo colonial"" souhaite présenter les résultats de la recherche actuelle et les connaissances scientifiques d'aujourd'hui à un large public, et développer ainsi une nouvelle vision globale de la question. À l'aide de questions concrètes, des historiens belges, mais aussi étrangers, offrent un aperçu unique sur l'histoire du colonialisme belge. Par exemple : Comment l'administration autocratique de Léopold II a-t-elle fonctionné et que savons-nous des victimes ? Combien de profits ont été réalisés au Congo et à qui ont-ils été versés ? Comment les Congolais(es) ont-t-ils vécu la colonisation ? Comment ont-ils résisté ? Quel fut l'impact du colonialisme sur la nature ?

    Sur commande
  • Les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale en Europe sont les plus sanglants et les plus destructeurs de tout le conflit. Chaque jour, en moyenne, 30 000 êtres humains perdent la vie. De cette orgie de mort, Hitler est le grand responsable. Diminué par la maladie, traqué, contesté ou haï par son peuple même, réduit à vivre sous les bombes dans un trou humide, il continue néanmoins à alimenter le brasier.
    Pour comprendre ce cataclysme, Jean Lopez livre la chronique des derniers jours de la vie du Führer, du lundi 15 janvier 1945, à 18 heures, lorsqu'il quitte les Ardennes, jusqu'au 30 avril, à 16 heures, une demi-heure après le suicide d'Eva Braun.

    Sur commande
  • Après avoir lu ce livre, vous ne boirez plus votre vin comme avant. Au-delà de la terre et de la vigne, de la cave et de la bouteille, il vous aura fait découvrir au fond de votre verre des mondes dont vous ne soupçonniez peut-être pas même l'existence.
    Assemblage de huit auteurs, avec huit perspectives et huit approches, il dévoile un peu des mystères du vin. Une moitié de réflexions porte sur la valeur du vin, de la vigne et des vignerons au sein du judéo-christianisme, sur l'ivresse de Noé, sur les paraboles viti/vinicoles de Jésus, sur leur relecture par les premiers théologiens, sur l'eucharistie et la cène.
    Mais il fallait l'équilibrer. Et c'est fait grâce à la mythologie grecque avec ce goût particulier d'un vin créateur plutôt que créé et deux cépages venus de nouveaux mondes, ceux d'un vin sans alcool islamo-compatible et d'une spiritualité biodynamique, liée à la nature et à ses rythmes.
    À consommer sans modération.

    Sur commande
empty