Témoignages

  • Un moine en otage Nouv.

    Un moine en otage

    Jacques Mourad

    Le 21 mai 2015, Jacques Mourad, moine et prêtre syriaque originaire d'Alep, est enlevé par Daech. Il restera cinq mois aux mains de ses ravisseurs. Dans ce témoignage saisissant, nous découvrons la vie des chrétiens d'Orient, le conflit en Syrie, la réalité de l'État islamique, mais aussi la manière dont nous, occidentaux, pouvons oeuvrer pour la paix, ici et maintenant. « Un témoignage rare qui, sans jamais céder au manichéisme [...], rappelle l'exigence de la fidélité au Christ même au plus fort de la guerre » (La Croix).

    À paraître
  • Marcher vers l'inconnu : Fioretti de missions franciscaines Nouv.

    Suivant la grande tradition franciscaine, frère Jack part régulièrement en mission avec un autre frère dans les quartiers défavorisés, sac au dos, sans programme, sans argent, sans savoir où ils dormiront le soir. La Providence organise alors les rencontres les plus improbables... Dans ce récit plein d'humour et d'espérance, frère Jack nous raconte quelques-unes de ses incroyables aventures. Il nous invite à changer de regard sur ceux qui sont apparemment loin de nous mais aussi sur l'Église et sa mission. Il nous encourage surtout à la rencontre, à l'école de saint François dont les textes parsèment le livre. Une lecture qui brûle le coeur !

  • L'année sauvage Nouv.

    L'année sauvage

    Mark Boyle

    • Arenes
    • 3 Juin 2021

    Une année dans les bois : sans technologies, pouvons-nous réapprendre à vivre ?.
    En 2016, fort du succès de son année sans argent, racontée dans son premier livre (devenu culte chez les décroissants), l'écrivain Mark Boyle décide de renoncer à courir derrière le progrès. En gagnant en confort, qu'avons-nous perdu ?
    Durant quatre saisons, il raconte sans fard les difficultés et les joies de la vie dans une maison de bois en pleine nature, où l'homme recommence doucement à se fondre dans le paysage, où les outils les plus simples sont souvent les plus ingénieux.
    L'Année sauvage installe Mark Boyle dans la tradition des écrivains de nature. Il raconte son renoncement aux commodités du téléphone, de la voiture, à posséder une montre, des clefs de maison, un réveil. Alors qu'il oublie le temps industriel, mécanique, il observe que le corps et l'esprit prennent le relai.

  • « Un homme dans ma situation ne saurait mentir oudissimuler. » Serge Abad-Gallardo est aujourd'hui atteintpar une affection incurable. Il livre le récit de sa vie, celuid'un jeune homme né dans une famille anticléricale, éloignéede Dieu, qui rêve de mener «une belle vie ». Son ambitiond'ascension sociale l'entraîne vers la franc-maçonnerie, véhicule commode et efficace. Il s'y investit, grimpe leséchelons, appartient aux Hauts Grades, devient Vénérable maître...Tout lui sourit !Et puis le doute s'instaure. La découverte de comportementsincohérents, de magouilles financières le révolte.La sécheresse d'un idéal désincarné et voué au succès d'une idéologie le trouble au plus profond de son âme... S'ensuivent la méfiance, la chute, l'exclusion d'un univers impitoyablepour ceux qui sortent du rang.Sa soif inassouvie trouve pourtant une source à laquelles'abreuver, Dieu... longtemps cherché, enfin rencontré.Ce cheminement spirituel que les dures épreuves, loin d'éteindre, vont couronner est raconté ici dans une ultime bataille pour la vérité, l'esprit enfin en paix.Serge Abad-Gallardo est un ancien haut fonctionnaire territorial quia passé plus de vingt ans au sein des loges maçonniques du Droit humain.Converti à la foi chrétienne en 2012, il témoigne de sa connaissance dumonde de la franc-maçonnerie à travers ses ouvrages et de nombreusesconférences.

  • Chemins de liberté

    Yves Duteil

    On savait Yves Duteil homme de plume et de notes. Mais l'homme d'action et d'engagements était resté dans l'ombre de sa carrière d'artiste.

    « De l'Île-d'Orléans jusqu'à la Contrescarpe », il évoque les grandes rencontres de sa vie, de René Barjavel et Félix Leclerc, à qui il dédie « La langue de chez nous », à Jacques Chirac qui lui donna mission de dynamiser la chanson d'expression française. Sans oublier tous les artistes - Mireille, Brassens, Barbara, Renaud, Alain Souchon, Philippe Chatel, Véronique Sanson... - croisés sur ses chemins d'écriture et de liberté.

    L'auteur de « Dreyfus » (1997) et de « Respect » (2018) raconte en outre ses combats, notamment écologiques, qui l'ont vu quatre fois arborer l'écharpe de maire de Précy-sur-Marne et créer une école pour les enfants défavorisés de Pondichéry. Toutes choses impossibles sans Noëlle, son épouse, « ouragan de douceur » qui les entraîne dans une aventure humaine ouverte sur le monde, insoupçonnable de richesse et de diversité.

    Jamais encore Yves Duvvvvteil ne s'était raconté aussi intimement, sans omettre aucune des facettes de sa personnalité et de son parcours.

    Sur commande
  • Journal

    Thomas Merton

    • Bayard
    • 5 Mai 2021

    Thomas Merton est l'une de ces figures spirituelles majeures du XXe siècle. Moine cistercien américain, mort en 1968, il incarne selon le pape François dans un récent discours ce qu'est le rêve américain. La richesse de son cheminement spirituel nous est livrée par son Journal qui est une véritable oeuvre littéraire. La nuit privée d'étoile » livrait son autobiographie avant sa conversion au catholicisme en 1938 ; le présent ouvrage couvre la période d'après et jusqu'à sa mort. Dans ces pages vibrantes, Merton ne cesse d'accorder sa vocation monastique et celle d'écrivain. Ce livre décrit les étapes d'un itinéraire spirituel très riche : durant les années passées à Gethsémani, Merton découvre toute sa liberté intérieure puis, peu à peu, il aspire à une vie plus érémitique dans un lieu retiré de l'abbaye. Sa culture littéraire et spirituelle nourrit ses réflexions quotidiennes et elle ne cesse de s'élargir, le faisant passer de la lecture des mystiques occidentaux à celle des traditions religieuses orientales. Mais le sentiment aigu du monde où il vit ne le quitte jamais : son engagement pour la paix et contre l'arme atomique, et plus largement son analyse de la vie américaine témoignent de sa lucidité. Une traduction dirigée par Bernard Durel, dominicain spécialiste de l'oeuvre de Thomas Merton avec un très riche appareil critique.

  • Les prêtres sont des anges gardiens très discrets. Il est indispensable de leur donner la parole afin de prendre conscience de leurs états d'âme, leurs analyses, leurs espoirs comme leurs doutes. En nous parlant d'eux-mêmes, de leur façon de nous voir et de nous aimer, ils nous parlent de nous. Ils ont tant de choses à dire sur les rapports humains, sur la vie, sur la mort, sur le bonheur et la souffrance. L'Église, traversée par des séismes liés au comportement pédocriminel et sexuel de certains de ses bergers, broie parfois les âmes qu'elle voudrait sauver. Elle a trop longtemps nié cette évidence malheureuse. Tout groupement humain renferme un pourcentage d'individus qui se comportent en barbares, se laissant dominer par le mal dont nous sommes tous porteurs et que nous sommes libres de choisir en renonçant à lui résister. Mais il n'est pas possible de résumer la communauté de nos prêtres à la minorité capable du pire alors même qu'ils avaient décidé de consacrer leur vie et leur pouvoir de bienveillance à leur prochain. De la même manière, l'Église n'a pas de leçons à donner aux autres cultes, à ceux qui ont préféré d'autres symboles que celui de la croix. Paroles de prêtres est nourri par des textes contemporains : témoignages, lettres, journaux intimes ; s'y rajoutent des textes restituant l'évolution du ressenti des prêtres depuis l'Inquisition ainsi que quelques écrits intimes de gens d'Église qui ont marqué l'histoire, que leurs noms aient été médiatisés ou non. Paroles de prêtres n'est pas un témoignage à charge ou à décharge, c'est une pièce à conviction précieuse sur une institution et sur des hommes qui vivent entre deux mondes.

  • « J'ai été bouleversée et inspirée par le courage de ces Saoudiennes, qui ont fui un pays où l'émancipation des femmes semble encore impossible. Les féministes du monde entier doivent entendre les voix de ces héroïnes en lutte contre le patriarcat le plus rigide. » Leila Slimani Un nombre grandissant de jeunes filles fuient chaque année l'Arabie saoudite dans l'espoir d'une vie meilleure. Hélène Coutard est partie à la rencontre d'une quinzaine d'entre elles, qui ont tout quitté - famille, travail et parfois enfants - pour échapper aux lois du tutorat saoudien. Malgré l'image moderne cultivée par le royaume, le pays continue en effet d'appliquer les principes d'un islam wahhabite rigoriste déniant toute liberté aux femmes.

    À travers ses longs portraits de « fugitives », l'auteure décrit avec beaucoup de sensibilité le quotidien de ces vies volées ainsi que les stratégies étonnantes pour préparer, dans le plus grand secret, les départs. Un matin, faire comme si on partait tranquillement pour son cours d'anglais et demander au taxi de foncer vers l'aéroport.

    Mais l'exil n'est pas toujours le refuge attendu ; à l'étranger, elles sont déracinées, avec la peur au ventre d'être retrouvées par des familles prêtes à tout pour laver l'affront, et par les services saoudiens furieux que ces jeunes femmes, en prenant la parole, ternissent l'image du royaume. Loin des clichés, des destins de femmes aux vies et aux personnalités parfois très différentes qui ont pourtant une chose en commun : elles ont toutes eu la force de fuir et de se réinventer.

  • Enfin un véritable guide pour l'aventure de la prière à deux ! Marie-Anne Lucas nous partage les chemins, méthodes, clés, que son mari et elle expérimentent depuis 36 ans. Quatre kits de prière, qui s'appuient sur les enseignements de Thérèse de Lisieux et d'Ignace de Loyola, avec de nombreux témoignages, sont mis à notre disposition : la prière quotidienne de l'oreiller, la relecture de vie au service de l'attention aimante, la prière de circonstance et le dialogue contemplatif pour se mettre ensemble à l'écoute de la Parole. Pour une vie de couple transfigurée !

  • Ce livre dévoile l'itinéraire hors du commun et la réflexion originale d'un jeune prêtre d'aujourd'hui. Édouard Shatov est né en 1973 dans une famille chrétienne orthodoxe, en plein coeur de la Russie communiste. Sa conversion au catholicisme et sa vocation l'ont conduit en France et en Angleterre, où il a fréquenté de grands spirituels juifs et anglicans, puis au Québec, où il exerce maintenant son ministère.
    Au gré de ses pérégrinations, il a pu approfondir sa foi née au carrefour de plusieurs mondes et s'est peu à peu forgé une pensée chrétienne à la fois enracinée et ouverte, capable d'embrasser la diversité contemporaine.
    Quel regard ce jeune prêtre venu d'ailleurs porte-t-il sur l'Occident laïcisé, sur sa culture, ses débats sociaux, ses questions existentielles et spirituelles ? Selon lui, la foi chrétienne peut-elle y retrouver une place et s'y renouveler ? Et au coeur d'un Village global marqué par le brassage des croyances, comment aborder la réalité des autres religions ?
    C'est à de telles questions que répond Édouard Shatov au fil de ces entretiens avec l'éditrice Sophie Brouillet. Il livre du même coup un témoignage de foi éloquent.

  • Plus que jamais, il est nécessaire de nous rappeler l'existence et l'impact de la bonté dans notre monde.
    Les actes bons ont le pouvoir de guérir, de stimuler, de réjouir, d'ouvrir à plus grand que soi. Nous en avons grandement besoin pour percevoir la douceur de la vie, en ces temps où les mauvaises nouvelles font la manchette.
    L'auteure de ce livre est partie à la recherche de témoignages de personnes envers qui un geste de bonté a été décisif. Au fil de ces histoires vraies, la bonté prend des visages insoupçonnés : solide comme l'acier, intelligente comme une formule mathématique, tranchante comme l'épée, ou encore taquine, subtile, profonde ou légère, bavarde ou discrète, elle s'exprime sous plusieurs formes bien éloignées de la mièvrerie. Autant de moments de grâce gravés à jamais dans le coeur des personnes qui les ont vécus.
    Leur évocation nous aidera à reconnaître les actes de bonté posés envers nous dans notre propre vie et nous inspire à cultiver la graine de bonté qui repose en nous.

  • La découverte d'une nouvelle voix spirituelle, celle d'une femme, mariée, mère de famille, active et... jeune.

  • Si je vous contais la foi

    Charles Delhez

    • Fidelite
    • 19 Février 2021

    Une présentation dynamique de la foi chrétienne à travers un chapelet de contes, de paraboles, d'allégories, de faits divers et de témoignages, reliés entre eux par un commentaire de l'auteur. Présentation : Il s'agit d'un parcours. De nos jours, le langage rigide des dogmes irrite. Ne faut-il pas tenter une autre manière de présenter la foi, plus christique ? Elle a fait vivre et fait encore vivre tant de femmes et d'hommes qui ont été renouvelés en profondeur par elle.
    Voici un chapelet de contes, de paraboles, d'allégories, de faits divers, de témoignages, chaque fois brefs. Le commentaire de l'auteur fait le lien entre eux. Ces textes sont recueillis dans la sagesse populaire, dans divers espaces religieux - ainsi l'Inde, le Judaïsme, l'Islam - et dans l'actualité. Beaucoup sont aussi extraits de la Bible et particulièrement des évangiles. Jésus était un maître conteur.
    Ce parcours tente d'éviter le langage de la tribu. Il se veut une annonce de la bonne nouvelle à ce monde en quête de lendemains nouveaux et à tous les chercheurs de sens, sans brader le message.

  • « Une petite voix au fond de moi... Avant d'être prêtre, avant même d'être chrétien, essayer d'abord d'être un homme. Un homme qui n'existe pas sans les autres. Tous les autres. Ne pas aimer que certains soient exclus de la rencontre.
    Car c'est la rencontre qui fait l'homme, le relève ou le tient debout. » Ainsi le père Éric Venot-Eiffel explique-t-il son désir d'exercer un ministère d'aumônier auprès des personnes incarcérées. Ce ministère, il va l'exercer pendant 8 ans au sein d'un centre pénitentiaire un peu particulier puisqu'on y trouve principalement des auteurs d'infractions à caractère sexuel.
    À travers de courts récits dans lesquels il évoque ses rencontres avec des prisonniers, l'auteur s'interroge sur ce dont est faite l'humanité, à commencer par cette fragilité inhérente à l'être humain et qui peut le faire un jour basculer.
    Même s'il n'oublie pas que ces hommes ont fait du mal à d'autres et laissent derrière eux des victimes, dans ce lieu clos qu'est la prison, l'auteur trouve des frères en humanité.Le talent d Éric Venot-Eiffel est de témoigner tout en douceur comment les détenus lui ont fait percevoir, le plus souvent à leur insu, qu'il est fondamental pour l'homme de savoir pourquoi il vit et respire : porter des projets, se reposer sur un peu de chaleur humaine, être en paix avec luimême, sentir que l'on compte pour quelques-uns et que quoiqu'il arrive, chacun a sa place sur cette terre. Une place d'où la dignité n'est pas exclue.
    Un témoignage fort et pudique sur ce qui se passe de l'autre côté du mur de la prison et sur la manière dont les rencontres avec les détenus viennent nourrir la foi d'un aumônier de prison.

  • « À tout' ! » lui dit son fils en la quittant. Dans la nuit, il meurt dans un accident de voiture. « Depuis cette date, je perds mon fils chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde. Le perdre est mon présent. Pour toujours. ».

    Psychologue-psychanalyste, Catherine Audibert nous fait partager sa douloureuse expérience de mère dans ce récit étonnamment limpide, qui soulève toutes les questions du deuil : le choc d'abord, puis l'obsession qui s'installe, les réminiscences de l'enfant qu'il fut. Entre la culpabilité, les regrets, la mélancolie et la folie tant la douleur submerge, peu à peu, l'écriture libère et accompagne le deuil, un deuil sans fin mais au cours duquel les vivants reprennent peu à peu leur place à côté du mort.

    En déployant l'histoire de vie et de mort qui la lie à son fils, le récit de Catherine Audibert va bien au-delà du témoignage singulier et s'adresser à tous les parents et à leurs proches. Un livre fort, qui chemine jusqu'à la certitude retrouvée de l'amour - et la possibilité d'une vie après.

  • Consolation

    Anne-Dauphine Julliand

    • Arenes
    • 7 Octobre 2020

    Ce livre parle de ceux qui consolent et de ceux que l'on console.
    Anne-Dauphine Julliand a perdu ses deux filles, Thaïs et Azylis, d'une maladie orpheline.
    « J'ai beaucoup souffert et je souffre encore, écrit-elle. Mais j'ai appris la consolation, ce délicat rapport à l'autre: s'approcher, toucher, parler. » Grâce à des scènes vécues, Anne-Dauphine partage ses réflexions qui touchent juste. Si elle évoque bien sûr sa famille, son livre est aussi un hommage à tous les consolants : une soeur qui vous prend dans les bras, une infirmière qui s'assoit quelques minutes au bord du lit et prend juste le temps « d'être là ». Elle a le don de ces scènes courtes qu'elle rend inoubliables.
    Anne-Dauphine Julliand sait que la souffrance ne passera pas mais qu'elle peut s'apprivoiser. Quand on lui demande comment elle fait quand elle est triste, elle répond : je pleure.
    Consolation est un texte fort, universel, d'une grande humanité.

  • Récit d'une conversion de l'Islam au Christianisme.

    Ne trouvant plus de réponses existentielles dans le christianisme de son enfance, l'auteur se tourne à l'âge de vingt ans vers l'islam, qu'elle découvre dans des livres, au cours de voyages et en côtoyant de jeunes camarades de classe d'origine maghrébine. Elle se laisse hypnotiser par un "Orient" fantasmé, qui mêle sensualité et rigueur morale, poésie et quête mystique du Dieu unique. Sans se convertir complètement (le doute subsistera toujours), elle apprend l'arabe et l'islamologie aux Langues Orientales, fréquente la mosquée de Paris, assiste à des conférences de Tariq Ramadan, s'immerge pendant les vacances dans la vie d'une famille marocaine. Alors en faculté de droit à la Sorbonne, elle se voit proposer un stage dans un cabinet d'avocat à Tripoli, ville majoritairement musulmane au nord du Liban. Elle y voit l'occasion d'approfondir sa découverte de l'islam et son apprentissage de la langue arabe. Son voyage d'un été prend une tournure inattendue quand elle rencontre un jeune maronite, qui lui présente le christianisme sous un jour neuf, illuminé de ce mystère "oriental" qu'elle aimait tant. Elle qui se faisait appeler "Kaoutar", du nom d'une sourate évoquant un fleuve du paradis, découvre alors que les sources d'eau vive qu'elle recherchait tant ne se trouvaient nulle part ailleurs que dans le Christ.

  • Identifiée comme « pro-choix », Abby Johnson commence sa carrière dans une clinique du Planning Familial au Texas. Elle y passera huit ans et en deviendra directrice. Elle y rencontre régulièrement des militants de la « Coalition pour la vie », un groupe local anti-avortement qui manifeste devant la clôture. Un jour, elle assiste à un avortement guidé par échographie où elle aperçoit le foetus qui « semble » se tortiller pour éviter le tube d'aspiration. C'est le choc et le début d'une nouvelle vie pour Abby. Quelques jours plus tard, elle démissionne et se rapproche de la « Coalition pour la Vie ».

  • Une terre promise

    Barack Obama

    • Fayard
    • 17 Novembre 2020

    Un récit fascinant et profondément intime de l'histoire en marche, par le président qui nous a insufflé la foi dans le pouvoir de la démocratie.

    Dans le premier volume passionnant et très attendu de ses mémoires présidentiels, Barack Obama raconte l'histoire de son improbable odyssée, de jeune homme en quête d'identité à dirigeant du monde libre, retraçant de manière singulièrement détaillée et personnelle son éducation politique et les moments emblématiques du premier mandat de sa présidence historique - une période de transformations et de bouleversements profonds.

    Barack Obama entraîne le lecteur dans un voyage fascinant, depuis ses toutes premières aspirations politiques à sa victoire cruciale aux primaires de l'Iowa, qui démontra le pouvoir de l'engagement citoyen, jusqu'à la soirée décisive du 4 novembre 2008, lorsqu'il fut élu 44e président des États-Unis, devenant ainsi le premier Afro-Américain à accéder à la fonction suprême.

    En se retournant sur l'histoire de sa présidence, Barack Obama propose une exploration unique et pénétrante de l'amplitude phénoménale mais aussi des limites du pouvoir présidentiel, ainsi qu'un témoignage singulier sur les ressorts de la politique intérieure et de la diplomatie internationale. Il fait entrer le lecteur dans le Bureau ovale et la salle de crise de la Maison-Blanche, et l'emmène partout dans le monde, de Moscou à Pékin en passant par Le Caire. Il nous confie les réflexions qui l'ont occupé à certains moments cruciaux - constituer son gouvernement, faire face à une crise financière mondiale, prendre la mesure de Vladimir Poutine, franchir des obstacles en apparence insurmontables pour faire aboutir la réforme sur le système de santé, se retrouver en profond désaccord avec certains généraux sur la stratégie des États-Unis en Afghanistan, s'atteler à la réforme du marché financier, réagir face au désastre provoqué par l'explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, et enfin donner le feu vert à l'opération Neptune's Spear qui conduit à la mort d'Oussama Ben Laden.

    Une terre promise est un récit extraordinairement intime et introspectif - l'histoire du pari qu'un homme a lancé à l'Histoire, d'un militant du travail associatif dont la foi a été mise à l'épreuve sur la scène internationale. Barack Obama parle sans détours de ce véritable numéro d'acrobatie qui a consisté pour lui à être le premier candidat afro-américain à la présidence, à porter les attentes de toute une génération galvanisée par le message de « l'espoir et du changement » et à relever les défis que posent à la conscience morale les grandes décisions. Il évoque en toute franchise les forces d'opposition qui se sont dressées contre lui, sur le front domestique comme à l'étranger, la façon dont sa nouvelle vie à la Maison-Blanche a pu affecter sa femme et ses filles, et parle sans fard des moments où il s'est retrouvé en proie au doute et à la déception - sans jamais renoncer pour autant à croire que dans cette formidable aventure en marche qu'est l'Amérique, le progrès est toujours possible.

    Ce livre puissant et magnifiquement écrit est l'expression de la conviction profonde de Barack Obama : la démocratie n'est pas un don du ciel mais un édifice, fondé sur l'empathie et la compréhension mutuelle, que nous bâtissons ensemble, jour après jour.

  • David Milliat a perdu ses deux parents à l'âge de 6 ans dans un tragique accident de voiture. Dans ce livre, il raconte comment ce drame initial a pesé dans le cours de son existence comme un traumatisme trop longtemps intériorisé, comment cette fêlure l'a ouvert au questionnement sur Dieu et le sens de la vie. Ce témoignage prenant et captivant permet de découvrir, sans spots ni caméras, la personnalité profonde du présentateur du « Jour du Seigneur » sur France 2.

  • Carlotta Nobile est décédée à l'âge de vingt-quatre ans, des suites d'un mélanome. Au cours des derniers mois de sa vie, en écho aux paroles adressées par le Pape François aux jeunes les invitant à porter la Croix du Christ dans la joie, elle a vécu une profonde expérience de conversion qui peut servir d'exemple à tous ceux qui sont jeunes ou malades.
    Sa vie a été comme une étoile filante. Artiste brillante, musicienne précoce, écrivain, elle avait tout pour réussir une belle vie humaine mais sans référence à Dieu. Et puis la maladie est venue, inexorable, et les paroles du pape ont résonné dans son coeur et l'ont amené à une lumineuse transformation pour se tourner toute entière vers les autres.
    Oui, Jésus a vraiment été le plus grand amour de Carlotta dans les douloureux derniers mois de sa présence sur notre terre. Par son témoignage sur la terre, et désormais par son intercession au ciel, Carlotta nous aidera à marcher vers la sainteté.

  • « Tout se dit mais où est la vérité ? On a faussé tout ce que j'ai pu dire. On a interprété des faits en les détournant. On m'a traité de pédophile dans le métro, dans les rues, quand j'allais prendre le train.
    Je n'étais plus «audible». J'étais coupable. Je peux comprendre.
    Face à de tels crimes commis par des hommes d'Église, y a-t-il eu des affaires classées trop vite ? Des dossiers écartés ? Une attitude dictée par la peur ?
    On peut le craindre.
    Le temps est venu d'apporter mon témoignage.
    La vérité est nécessaire. Pour tous. »

  • Est-il possible de croire en Dieu sans sacrifier son intelligence ou une part vitale de soi-même ? Marie Cénec pose la question à partir de son expérience. Durant son enfance et son adolescence, elle grandit en contact avec des mouvements évangéliques exerçant une réelle emprise sur leurs fidèles. Quand elle parvient à prendre de la distance, elle pourrait jeter la foi aux orties. Mais la découverte de la Parole, tranchante et libératrice, lui ouvre un nouvel itinéraire.
    C'est pour elle une conviction et une réalité : la Parole fait vivre. Elle est libre, percutante, insolente. Marie Cénec est théologienne et pasteure à Genève. Elle est l'auteure de C'est tous les jours dimanche (2013) et de A contre-jour (2018).

empty